• Archives de la Catégorie A la une
  • Un nuage couleur arc-en-ciel photographié en Gironde.

    Ce rare nuage coloré s’appelle un nuage iridescent ou irisé. PHOTO D’INTERNAUTE / MARINE TILLÉ

    Il s’agit d’un nuage iridescent ou irisé, photographié mercredi dernier à Floirac, vers 17 heures.

    « Je travaillais sur le feu et la diffraction de la lumière justement quand j’ai vu ce nuage arc-en-ciel », explique Marine Tillé, artiste photographe. Elle s’est alors empressée de photographier ce magnifique phénomène, qui s’est produit mercredi dernier à Floirac, en Gironde. 

    Selon l’Observatoire français des tornades et des orages violents Keraunos, on appelle ce phénomène nuage iridescent ou irisé. Il s’agit d’un nuage peu épais, le plus souvent cirrostratus, cirrocumulus ou altocumulus, dont l’écartement des gouttes ou de cristaux de glace provoque, par diffraction, une irisation de la lumière, donnant un aspect coloré rappelant un arc-en-ciel. 

    Météo France précise qu’une irisation comme celle-ci entre dans la catégorie des photométéores, ces phénomènes optiques de l’atmosphère engendrés par réflexion, réfraction, diffraction ou interférences de la lumière solaire ou lunaire. On retrouve dans cette catégorie des phénomènes tels que l’arc-en-ciel justement, l’arc circumzénithal ou encore les aurores polaires

    Source: Sud-Ouest


  • De plus en plus doux et ensoleillé cette semaine

    Cette deuxième semaine d’octobre verra le beau temps s’installer durablement dans le Sud avec la poussée des hautes pressions d’origine subtropicale alimentées en air chaud. Ces hautes pressions sont à l’origine du temps exceptionnellement chaud et sec qui règne sur la péninsule ibérique ces dernières semaines (Lisbonne n’a pas vu une goutte de pluie depuis le 29 août dernier) favorisant la survenue des feux de forêt observés notamment au Portugal et en Galice. Elles vont protéger dès le début de semaine les régions méridionales tandis que le nord de la France verra encore des passages nuageux en marge des perturbations atlantiques circulant au nord de l’Europe. De vendredi à dimanche, l’anticyclone va se développer vers le nord du pays puis l’Allemagne. Le temps ensoleillé et chaud pour la saison pourra alors s’étendre à l’ensemble de l’Hexagone.

    Carte de la chaleur sur l'Europe de l'Ouest cette semaine

    La chaleur sur l’Europe de l’Ouest cette semaine, vue par le modèle européen CEP (anomalies de températures par rapport aux normales 1979-2000)
    Cliquer sur l’image pour l’agrandir

    De mercredi à jeudi : nuageux et doux au Nord, ensoleillé et chaud au Sud

    Les régions situées au nord d’une ligne reliant La Rochelle à Mulhouse connaîtront un ciel plus ou moins nuageux en marge des systèmes dépressionnaires circulant sur le nord de l’Europe. Ainsi, la grisaille épaisse et porteuse de quelques gouttes mardi aura tendance à régresser vers les côtes de Manche mercredi, le soleil faisant alors de belles percées des Pays de la Loire au Bassin parisien. 
    Jeudi 12 octobre, un front de faible activité s’enfonce légèrement apportant une nébulosité par moment abondante sur les régions centrales, de la Bretagne au Centre Val de Loire, du Poitou à la la Bourgogne et jusqu’à la frontière allemande, avec quelques gouttes de pluies à la clef. À l’arrière de ce front, les régions des Hauts-de-France, de la Normandie et de l’Île-de-France pourront profiter de quelques périodes d’éclaircies, notamment l’après-midi. Sous les nuages, les températures maximales seront assez douces, s’approchant des 20°C au cours de ces deux jours. Au sud de cette ligne La Rochelle/Mulhouse, le soleil brillera très généreusement à quelques exceptions près. Ainsi, les plaines du Sud-Ouest connaîtront des matinées sous le signe du brouillard et des nuages mercredi et jeudi avant que le soleil ne s’impose. Mercredi, les rivages du Languedoc-Roussillon seront aux prises avec quelques entrées maritimes. Grâce au soleil, les températures seront largement au-dessus des normales* avec des valeurs l’après-midi de 20 à 25°C, et même des pointes à 26/28°C mercredi dans le Sud-Ouest.

    Animation du temps du 10 au 16 octobre

    Pression au niveau de la mer, nébulosité totale et température de la masse d’air (à 850 hPa) du mardi 10 octobre à 6 h UTC au lundi 16 octobre 00 h UTC – © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France.
    Cliquer sur l’image pour l’agrandir

    Soleil et chaleur gagnent du terrain à partir de vendredi

    Avec le décalage des hautes pressions vers le nord de la France puis l’Allemagne, la masse d’air va s’assécher en fin de semaine. Toutefois, la matinée de Vendredi 13 commencera sous les grisailles au nord de la Loire, le long de la Garonne et dans les vallées du Massif central; les éclaircies deviendront plus nombreuses au fil des heures de la journée. Par la suite, le beau temps ensoleillé devrait se généraliser à l’ensemble du territoire. Un pic de douceur, pour ne pas dire de chaleur, devrait se produire au cours du week-end avec des maximales pouvant dépasser les 25°C dans le Sud-Ouest et s’en approcher ailleurs, y compris au nord de la Loire dimanche avec un flux de sud bien établi. Ce flux de sud se traduira par du vent d’autan et du Marin dans son domaine avec des grisailles probables sur le pourtour du golfe du Lion dimanche;
    *Normales saisonnières calculées sur la période 1981-2010.

  • Le département placé en vigilance jaune canicule et orages

    Source: La République des Pyrénées
    Météo : le département placé en vigilance jaune canicule et orages
    Il va faire très chaud ce mardi en Béarn et Soule alors il va falloir trouver des coins fraîcheur ! Archives PP
     

    Il va encore faire (très) chaud ce mardi en Béarn et Soule. Météo France a d’ailleurs placé les Pyrénées-Atlantiques en vigilance jaune pour la canicule et les orages. 

    Selon Météo France, il devrait faire jusqu’à 36°C ce mardi en Béarn et Soule. Ainsi, jusqu’à 21 heures, le département est placé en vigilance jaune canicule. 

     
    La République des Pyrénées

    Mais en fin de journée, le ciel pourrait bien se couvrir avant de laisser éclater des orages avec même un risque de grêle… La vigilance jaune pour les orages est, pour le moment, activée entre 15h et 22h dans le 64. 

    La République des Pyrénées

  • Vague de nuages sur Hendaye

    Une vague de nuages

    Dimanche 9 avril, le photographe Bertrand Linne a saisi le moment où les nuages se forment et s’abattent sur la plage. Il a réalisé un timelapse (une vidéo en accéléré) de quelques secondes qui permet d’admirer la vague aérienne. 

    Le phénomène, appelé « enbata » à Hendaye, a été capté en images par un photographe local et par plusieurs internautes

    Les Basques connaissent bien ce phénomène qu’ils nomment « brouillarta » (certains anciens disent « bouillarta ») à Saint-Jean-de-Luz, « galerna » à Saint-Sébastien et « enbata » à Hendaye. Il s’agit d’une entrée maritime qui fait chuter les températures d’un coup et souffler le vent si fort que les parasols s’envolent, et que la tempête de sable sévit pendant quelques minutes.

    Un de nos internautes a saisi la vague de nuages rasant l'océan dimanche soir
     ©Crédit Photo: Pierre Fourcade 

    Arrivée de « l’enbata » sur Hendaye vue du ciel.

    ©Crédit Photo: @Romain_Alless – Twitter

    Source: SUD-OUEST


  • Séismes en Béarn : doit-on craindre un violent tremblement de terre ?

    Source Sud-Ouest

    Après deux tremblements de terre en l’espace de quelques jours, décryptage de ce phénomène habituel dans les Pyrénées avec Guy Sénéchal, sismologue à l’université de Pau

    Un séisme de magnitude 3,6 mercredi dernier, un autre de 3,8 lundi soir : les Béarnais ont ressenti deux secousses en l’espace de quelques jours. Mais pas de quoi s’alarmer, rappelle Guy Sénéchal, sismologue et maître de conférence en géophysique à l’université de Pau – Pays de l’Adour.

     

    Deux séismes ont été ressentis en Béarn ces derniers jours. Logique ?

    Historiquement, les Pyrénées sont la région la plus sismogène de France métropolitaine. On y enregistre entre 300 et 400 séismes chaque année, principalement sur un axe entre Bagnères-de-Bigorre et Arette, en passant par Lourdes, Argelès-Gazost, Arudy et Aramits et ces séismes sont d’origine tectonique, naturelle. Et Il y a par ailleurs la sismicité induite liée à l’exploitation du gisement de gaz sur le bassin de Lacq. Lorsqu’on extrait le gaz, les changements de contraintes dans le sous-sol font rejouer les failles, celles-ci pouvant glisser de quelques millimètres. Les tremblements de terre liés à la tectonique des plaques résultent du fait qu’à partir d’il y a environ 100 millions d’années, la collision entre les plaques eurasienne (sur laquelle nous sommes) et ibérique a conduit à former les Pyrénées. Aujourd’hui, on considère que les deux plaques sont quasiment soudées mais il y a toujours un peu de sismicité car le processus n’est pas totalement achevé.

    La zone du séisme et son intensité estimée par le site www.franceseisme.fr

    Il n’y a donc rien d’anormal à ce que la terre tremble régulièrement…

    C’est tout à fait normal, il y a toujours eu des séismes et il y en aura d’autres. On se souvient notamment de ceux d’Arette en 1967 et d’Arudy en 1980 qui étaient de magnitude 5,2 environ sur l’échelle de Richter. Le plus gros dont on ait la trace est celui de Bagnères-de-Bigorre, en 1660. On ne pouvait pas mesurer l’énergie des tremblements de terre à l’époque mais selon les témoignages, on estime que la magnitude devait être de l’ordre 6 voire plus. La fréquence et la puissance de ces séismes va peu à peu diminuer mais on raisonne en millions d’années, pour nous rien ne va changer. Il n’y a pas de raison que ce qu’il s’est passé il y a 50 ans ne se reproduise pas. Chaque siècle, il y a entre un et trois séismes violents.

    Arette après le séisme de 1967. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVES SO

    Peut-on prévoir où et quand ?

    Non, pas à court terme. Mais à force d’observation et d’études, nous avons une bonne connaissance des secteurs où la terre tremble, d’où une carte avec un zonage sismique de la France. On ne peut pas empêcher des tremblements de terre mais on peut en minimiser les conséquences en adaptant les constructions selon cette éventualité.

    La plupart des séismes ne sont en fait même pas ressentis…

    Tout à fait. On commence à les ressentir à partir d’une magnitude de 1,5 à 2. Cela dépend aussi de la profondeur. En Béarn et Bigorre, on en recense tous les mois avec cette énergie-là. Au-delà de 4,5 c’est plus rare, pas nécessairement chaque année. À partir de 5, on parle d’un séisme violent, et s’il est pas profond ni éloigné d’une ville, il peut faire des dégâts comme des fissures ou des chutes de cheminée. Le séisme de 1660 fait office de référence, les normes para-sismiques sont définis en fonction de celui-ci et il n’y a aucun argument qui fasse redouter un tremblement de terre plus fort.


  • Le Sud-Ouest vu de l’espace par Thomas Pesquet

    Nouveaux clichés de Thomas Pesquet sur le Sud-Ouest. Cette fois, le spationaute français a photographié le Pays-basque à quelque 400 km d’altitude.

    Le Sud-Ouest vu depuis l'espace : merci Thomas Pesquet !
    Vous reconnaissez la baie de Saint-Jean-de-Luz ? Thomas Pesquet qui séjourne pendant six mois à bord de la station spatiale internationale photographie chaque jour la planète.

    Thomas Pesquet
    Le Sud-Ouest vu depuis l'espace : merci Thomas Pesquet !
    Hendaye et la frontière entre la France et l’Espagne vu à 400 km de hauteur et des poussières.

    Thomas Pesquet
    Le Sud-Ouest vu depuis l'espace : merci Thomas Pesquet !
    Le spationaute avait publié mi-décembre une photo des Pyrénées, d’ouest en est, vues de l’espace.

    Thomas Pesquet
    Le Sud-Ouest vu depuis l'espace : merci Thomas Pesquet !
    « L’estuaire de la Gironde en Nouvelle Aquitaine, ou la bouche de la France, semblait presque nous sourire quand on l’a survolé…  » twittait l’astronaute le 28 décembre dernier.

    Thomas Pesquet
    Le Sud-Ouest vu depuis l'espace : merci Thomas Pesquet !
    Et Bordeaux vue de nuit. Sacrément joli !

    Thomas Pesquet

  • Images: L’hiver en Vallée d’Ossau

    Du plateau du Bénou, en passant par Laserque, Le Rey…voici quelques clichés de la Vallée d’Ossau sous son manteau neigeux. Crédit photos Paul De Sousa.

    En images : l'hiver, le vrai en Vallée d'Ossau
    La vallée d’Ossau vue depuis le Poey de Bescat.

    Paul De Sousa Paulo Photos
    En images : l'hiver, le vrai en Vallée d'Ossau
    Laserque en version hivernale.

    Paul De Sousa Paulo Photos
    En images : l'hiver, le vrai en Vallée d'Ossau
    Le « Rey », dit Le Roi en Espagnol marque la première montagne de la Vallée d’Ossau.

    Paul De Sousa Paulo Photos
    En images : l'hiver, le vrai en Vallée d'Ossau
    Un mélange de nuages et de tempête de neige provoque cette vue à Laserque.

    Paul De Sousa Paulo Photos
    En images : l'hiver, le vrai en Vallée d'Ossau
    Au plateau du Bénou, la neige est à nouveau au rendez-vous

    Paul De Sousa Paulo Photos
    En images : l'hiver, le vrai en Vallée d'Ossau
    Les Pyrénées ne manquent pas de neige pour cette première semaine de vacances d’hiver.

    Paul De Sousa Paulo Photos
    En images : l'hiver, le vrai en Vallée d'Ossau
    Le ruisseau du plateau du Bénou…si rafraîchissant en été !

    Paul De Sousa Paulo Photos
    En images : l'hiver, le vrai en Vallée d'Ossau
    C’est le moment de redescendre par le col de Marie-Blanque.

    Paul De Sousa Paulo

  • Vigilance orange sur les Pyrénées Atlantique

    Vigilance orange pour vent

    Début d’événement prévu le dimanche 05 février 2017 à 10h00
    Fin de phénomène prévue le lundi 06 février 2017 à 10h00

    Situation actuelle :
    La dépression baptisée « Marcel » se situe actuellement sur la pointe bretonne, à 990 hPa de pression au centre. Ce système est actif avec des orages observés dans le Sud-Ouest. Sur la côte atlantique, des rafales de l’ordre de 100 km/h (un peu plus sur des sémaphores) sont déjà observées ce matin.

    Evolution prévue :
    Le minimum dépressionnaire va circuler aujourd’hui vers le centre du pays, puis demain vers la Méditerranée. Au sud de ce système, le vent va nettement se renforcer. Orienté à l’ouest, nord-ouest, les rafales seront violentes. Le début d’évènement est prévu vers 10 h ce matin.
    Sur les départements placés en vigilance orange « vent », les valeurs attendues sont:
    – 130 à 140 km/h sur le littoral atlantique.
    – 100 ponctuellement 110 km/h dans l’intérieur du sud-ouest sous des orages forts pour la saison.
    – 120 km/h dans le domaine de la Tramontane à l’intérieur des terres, 140 km/h sur le côtier.
    – Des valeurs de l’ordre de 140/150 km/h sont possibles en altitude sur les crêtes pyrénéennes.
    L’accalmie interviendra ce soir dans le Sud-Ouest, demain à la mi-journée pour la Tramontane.
    A signaler également:
    De très fortes vagues vont déferler sur le littoral charentais et aquitain.
    Les chutes de neige s’annoncent assez conséquentes sur les Pyrénées avec une limite pluie/neige vers 800 m la nuit prochaine.

    Source Bulletin vigilance MétéoFrance