• Archives de la Catégorie Inondation
  • Inondations, un an après, Castétarbe a encore peur.

    Photo: La République des Pyrénées.

     

    Les pluies, le gonflement des ruisseaux, la montée du Gave, les souvenirs désagréables du printemps 2013, remontent encore facilement à la surface à Castétarbe, notamment sur le petit pôle commercial route de Bayonne. Il y a un an, dans la nuit du 18 au 19 mai, une féroce coulée d’eau boueuse avait  » traversé » les magasins, depuis le chemin Lacazette, avec à sa traîne des dégâts monstres et d’importants préjudices. Les professionnels avaient été touchés. Des proches riverains aussi. Tellement que la Ville, en catastrophe, avait fait construire une digue pour protéger certaines maisons le long de la voie ferrée. Digue toujours présente aujourd’hui.

    Douze mois et quelques jours plus tard, un sentiment de crainte règne encore. « Toujours, oui. Dès qu’il y a une grosse pluie, surtout en cette période, on pense aux risques de débordement », confirme Joël San Augustin de BPSI. Si ce dernier a choisi de rester, il a par contre laissé en hauteur tous les meubles qu’il avait surélevés. Quant au sol, son parquet flottant fichu, il va le remplacer par du carrelage. « L’an passé, cela avait eu un caractère vraiment exceptionnel (le cas précédent remontait à 2009, NDLR). Mais il faudrait vraiment se pencher sur l’écoulement de l’eau sous la route. Revoir le format de la buse avant de penser au dimensionnement d’un lac de rétention (option étudiée par la Ville, voir zoom) », estime-t-il.

    Chez sa voisine de Mil’Occaz, qui venait à peine d’ouvrir quand l’inondation a frappé, même appréhension à chaque grosse intempérie. « On vit avec une boule au ventre », confie Jessica Leberthier qui ne veut toutefois pas se décourager alors que son commerce fonctionne bien. « Je fais des aménagements, dans le magasin et dans la réserve, moi aussi j’essaie de tout garder en hauteur. » La commerçante déplore cependant que, depuis, les risques n’aient pas été écartés définitivement, « on a besoin d’être rassurés », clame-t-elle.

    D’autres n’en sont même plus à ces considérations. Côté cuisines n’a jamais remis les pieds dans son local. Local qui va d’ailleurs reprendre vie d’ici quelques semaines avec l’arrivée d’une nouvelle enseigne. Médical Services, très vite, avait lui aussi exprimé le souhait de quitter le pôle après de nouvelles grosses pertes. Comme nous l’écrivions en septembre, le magasin va rallier la zone de l’échangeur et intégrer le bâtiment qui abritait auparavant Ortho 33. Un déménagement qui a lieu… ce week-end : Médical Services sera fermé vendredi et samedi pour rouvrir du côté de Biron mardi 10 juin.

    Finalement, seul au magasin de surgelés Gel 2000, on semble moins inquiet. « Mi-janvier, on a eu à nouveau une grosse alerte. Le ruisseau était encore monté très haut et j’ai passé une nuit de cauchemar. C’était pire que l’an dernier et pourtant ça n’a pas débordé. Apparemment, des nettoyages ont été faits et le cours d’eau ne charrierait plus de saletés venant boucher la buse. ça m’a rassuré », témoigne le responsable local Robert Peyroulan qui avait toutefois appliqué le principe de précaution. « Les services techniques de la Ville nous ont aidés de façon admirable pour tout mettre sur des palettes. Reste que c’est l’accumulation des pluies qui joue. On n’est pas à la merci d’un seul orage », relève l’Orthézien.

    Bassin écrêteur : le dossier pas oublié

    Fin 2013, la précédente municipalité s’était dit résolue à régler le problème et avait relancé un projet de bassin écrêteur pour protéger le secteur Lacazette. L’état, convaincu des besoins, avait d’ailleurs donné l’autorisation à la Ville de réaliser des levés topographiques chez des privés. L’objectif alors : pouvoir stocker un volume d’eau estimé à 40 000 m3 et en gérer la restitution, afin que le débit envoyé en aval corresponde à la taille des réseaux. Le changement de municipalité a quelque peu retardé la suite. Mais le dossier va être pris à bras-le-corps par le nouvel adjoint Philippe Gaudet, comme il nous l’a confirmé hier. « Nous avons justement parlé de ce sujet en bureau municipal lundi. Je vais me saisir de ce dossier. Mais aussi des problèmes d’inondations à l’entrée du camping. »

    Source: La République des Pyrénées.


  • Le tour des dégâts en Béarn et Soule

    60 m2 de toiture ont été emportés par le vent à la ferme Lait P'tits Béarnais, à Castétis. (b. c.)
    60 m2 de toiture ont été emportés par le vent à la ferme Lait P’tits Béarnais, à Castétis. (b. c.)

    La foudre est tombée sur une habitation, route de Baigts-de-Béarn à Saint-Boès. Les pompiers ont été appelés vers 4h15. Le sinistre a ravagé la toiture.

    La nuit dernière, les secours sont intervenus à 27 reprises dans le département, pour des arbres ou des poteaux tombés en Béarn, pour des inondations côté basque. Ce mardi matin, une dizaine d’interventions sont en cours.

    Le vent a soufflé fort ce lundi après-midi en Béarn où les services de Météo France ont relevé des rafales à 118 km/h dans le département et jusqu’à 110 km/h à Pau ou encore sur le plateau de Ger.

    Ce coup de vent a provoqué quelques dégâts et notamment de nombreuses coupures d’électricité. Quelque 5 000 foyers étaient ainsi en panne de courant en début d’après-midi dans le Nord-Béarn (Portet, Arrosès, Lussagnet-Lusson, Cosledaà, Monassut, Gabaston), mais aussi à Pau et Buros ou encore dans l’Est (Coarraze) et dans l’Ouest (Lacadée, Lagor, Hagetaubin). Une centaine de techniciens d’ErDF et d’entreprises sous-traitantes étaient sur le pont. Il restait encore 1 800 foyers privés d’électricité hier à 19h selon un dernier bilan d’ErDF. « Mais nous avons espoir qu’ils soient rétablis dans le cours de la soirée » indiquait Philippe Denys, directeur territorial dans les Pyrénées-Atlantiques.

    La toiture d’une ferme de Castétis emportée

    Entre 14 h et 18 h, les pompiers ont dénombré entre 100 et 110 interventions liées aux intempéries, dont beaucoup dans le Nord du Béarn, avec notamment des toitures endommagées, des tuiles envolées, des arbres arrachés, des fils électriques ou téléphoniques coupés… Des chutes d’arbres et de branches ont perturbé la circulation sur la D24 à Gan, la D834 à Navailles-Angos, la D270 à Louvigny (avec une ligne électrique arrachée), le chemin des Vignes à Lacommande, ou encore la D944 à Arzacq. A Pau, un arbre est tombé sur une voiture en stationnement sur le parking du centre Vignalou, près de l’hôpital général. Fort heureusement, il n’y avait personne dans le véhicule.

    Dans l’Ouest-Béarn, les pompiers d’Orthez sont intervenus une quinzaine de fois dès le début d’après-midi et les premières rafales. Essentiellement pour dégager des arbres tombés sur les routes, comme zone Naude à Orthez, des poteaux électriques, comme à Ramous et plusieurs tuiles tombées comme à la résidence Saint-Sigismond et rue Saint-Gilles. Les secours ont aussi agi aux Soarns, à l’entreprise Mesplède, pour des éléments du toit (10 m2) qui se sont envolés (mais 200 m2 sont à remplacer après des dégâts).

    Rebelote à 17h, cette fois à Castétis, où le vent a emporté 60 m2 de toiture chez Lait P’tits Béarnais, la ferme de Fanny et Jean-Baptiste Ferrand. Aucun blessé n’est à déplorer mais, outre la toiture, les réseaux électriques ont été inondés et donc coupés par sécurité. « Côté chambre froide et conservation des produits frais, il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps », relève Fanny Ferrand. « Pour la traite, les vaches attendront demain sans trop de dommages », ajoute-t-elle. Jusque tard hier soir, les pompiers se sont attachés à mettre les installations à l’abri.

    Crues : cours d’eau en vigilance orange

    Hier, un peu avant 16 h, plusieurs cours d’eau des Pyrénées-Atlantiques ont été placés en vigilance orange pour les crues : les gaves de Pau et d’Oloron, le Saison et la Nive. « Des crues rapides sont possibles dans les prochaines 24 heures », prévenait alors la préfecture.

    Source: La République des Pyrénées.


  • Vigilance orange : Bayonne et Biarritz se préparent à de fortes inondations

    biarritz

    Source: La République des Pyrénées.

    Le département des Pyrénées-Atlantiques est toujours placé en vigilance orange vagues-submersion en raison des grandes marées et des fortes vagues attendues sur le littoral atlantique. Le « niveau d’eaux sera important sur le bassin de l’Adour et les estuaires » prévient Météo France.

    La dépression au nord des îles britanniques va générer de très fortes et puissantes vagues sur toute la façade Atlantique qui augmentent dans la journée du samedi 1er février ( creux de 4 à 5 mètres samedi matin, 5 à 6 le soir, de 6 à 8 mètres dimanche matin au large).

    De plus, une perturbation atlantique s’accompagne d’un renforcement du vent de sud-ouest la nuit prochaine, la conjonction de ces phénomènes provoquant une surélévation du niveau de la mer (surcote) plus importante que ce matin dans un contexte de très fortes marées astronomiques (coefficients 113/114 ).

    Inquiétude à Bayonne et Biarritz

    La préfecture des Pyrénées-Atlantiques a lancé un appel « à la plus grande vigilance », évoquant des « risques d’inondations importantes » en lien avec le fleuve Adour, déjà gorgé de pluie.

    « La situation est préoccupante », reconnaît le sous-préfet de Bayonne, Patrick Dallennes. « On sera sur un niveau 20 à 30 centimètres plus élevé qu’en 2009, une crue comparable à celle de 1981 », confirme le directeur général adjoint des services techniques de la ville, Marc Wittenberg, alors qu’une cellule de crise municipale a d’ores et déjà été activée.

    En prévision des débordements, qui devraient toucher prioritairement la vieille ville, la mairie de Bayonne a mobilisé « entre 50 et 100 personnes » et deux des quais de la Nive ont été totalement fermés à la circulation. C’est dans cette zone ancienne et urbanisée, quasiment à fleur de rivière, essentiellement composée de restaurants et commerces de proximité, que les autorités craignent le pire. A pied d’oeuvre dès vendredi matin, une dizaine d’agents de la ville sillonnaient les quais pour donner des conseils aux commerçants et tenter de rassurer la population.

    Bayonne, très exposée du fait de sa situation géographique, aux confluents de la rivière Nive et du fleuve Adour, vivait vendredi une veillée d’armes. « Je suis hypertendue (…) Cette nuit, on y a échappé mais j’ai peur que toutes les protections ne suffisent pas », comme en 2009, témoignait une restauratrice, Nadine Hirigoyen, alors que tous les commerces bordant la Nive ont dressé devant leurs portes des remparts de sacs de sable fournis par la municipalité. « Je vois l’océan depuis mon bureau et là, c’est la Méditerrannée, mais on sait que l’océan peut changer d’une heure à l’autre », ironisait le maire de Biarritz, Didier Borotra, joint par téléphone. « On met en place des murs de sable pour protéger le casino et le Port-Vieux », a précisé le maire. « Le problème est d’éviter l’imprudence des gens ». A Biarritz, les accès au bord de mer seront contrôlés.

    Plus au nord, Dax (Landes) vivait une inondation inhabituelle, liée au niveau très élevé de l’Adour. Des palmiers étaient dans l’eau – 30 à 80 cm selon les endroits – et les commerçants ont déploré des dégâts liés aux eaux. « C’est endigué », a précisé la mairie alors que vendredi matin, des pompiers s’activaient encore pour transporter des habitants des quelques rues inondées sur des bateaux. Un grand nombre de rencontres sportives en football et en rugby ont par ailleurs été reportées en Aquitaine dans les divisions inférieures (CFA en football et Fédérales en rugby).


  • Une quarantaine de routes fermées dans les Landes.

    Attention si vous circulez dans les Landes. Ce mercredi encore, de nombreuses routes sont coupées à la circulation. D’autres sont placées sous surveillance. Le point, secteur par secteur.

    © PHOTO SALVAT PHILIPPE
    © PHOTO SALVAT PHILIPPE
    • Axes rouverts à la circulation

    – RD 416 à Oeyregave,
    – RD 23 à Hastingues.

    • Routes coupées / barrées

    Secteur Seignanx / Peyrehorade
    – RD 362 entre Saint-Barthélémy et Biaudos (RD 817),
    – RD 154 entre Saint-Barthélémy et la RD 817,
    – RD 12 à Saint-Laurent-de-Gosse,
    – RD 345 entre Saint-Jean-de-Marsacq et Sainte-Marie-de-Gosse,
    – RD 416 à Oeyregave,
    – RD 19 entre Bidache et la route d’Hastingues (RD 343),
    – RD 74 entre Saint-Laurent-de-Gosse et la limite des Pyrénées-Atlantiques,
    – RD 126 entre la RD 74 et la RD 384 (Saint-Martin-de-Seignanx),
    – RD 466 à Josse,
    – RD 71 à Josse.

    Secteur de Dax 
    – RD 70 entre la RD 459 et la RD 947 (avenue des tuileries) sous le pont SNCF,
    – RD 70 entre Mees et le carrefour avec la RD 459,
    – RD 70 entre Saubusse et Rivière-Saas-et-Gourby,

    Source: Sud-Ouest
    – RD 459 au niveau du carrefour RD 70 / RD 459,
    – RD 322 entre Saugnac-et-Cambran et Mimbaste,
    – RD 322 entre Saint-Vincent-de-Paul et Yzosse,
    – RD 344 entre Seyresse et Oeyreluy (RD 6),
    – RD 129 entre le giratoire avec la RD 824 2×2 voies et le giratoire de la gare,
    – RD 6 entre Tercis-les-Bains et Saint-Lon-les-Mines,
    – RD 229 entre le Lycée Agricole et la RD 6,
    – RD 17 entre Saubusse et Orist,
    – RD 72 entre Siest et Orist,
    – RD 13 à Rivière-Saas-et-Gourby ,
    – RD 947 à Narrosse : mise en œuvre d’une déviation locale dans un sens de circulation en raison de la présence d’eau sur une demi-chaussée.

    Secteur Tursan / Chalosse
    – RD 420 entre la RD 107 et la RD 7,
    – RD 924 au niveau de RD 14, devant la mairie de Tartas,
    – RD 368 entre Préchacq-les-Bains et le carrefour RD 368 et la RD 411,
    – RD 110 entre Gousse et Onard,
    – RD 405 entre Gamard-les-Bains et Cassen,
    – RD 352 à Nerbis et Toulouzette,
    – RD 350E à Eyres-Moncube,
    – RD 424 à Castelnau-Chalosse,
    – RD 58 entre Castelnau-Chalosse et Ozourt,
    – RD 324 entre Sort-en-Chalosse et Ozourt,
    – RD 10 entre Pontonx-sur-Adour et Gousse,
    – RD 58 entre Hinx et Goos
    – RD 107 entre Ozourt et Poyartin,
    – RD 339 entre Poyanne et Nousse,
    – RD 408 à Saint-Sever,
    – RD 32 entre Saint-Sever et Montaut,
    – RD 387 entre Montgaillard et la RD 352 (bords de l’Adour).

    Secteur de Grenade-sur-Adour / Aire-sur-Adour
    – RD 352 entre Larrivière et Aire-sur-Adour,
    – RD 352 entre Larrivière et Saint-Sever.

    Secteur de Villeneuve-de-Marsan
    – RD 53 entre Maillères et Belis : mise en œuvre d’un alternat en raison de la présence d’eau sur une demi-chaussée,
    – RD 11 entre Villeneuve-de-Marsan et Labastide d’Armagnac,
    – RD 354 à Arthez d’Armagnac,
    – RD 64 entre Montégut et le Gers,
    – RD 396 à Pujo-le-Plan.

    • Routes sous surveillance

    – RD 107 entre Ozourt et Poyartin,
    – RD 413 entre Saint-Martin-d’Oney et Saint-Yaguen,
    – RD 834 à Uchaq-et-Parentis,
    – RD 388 à Bougue,
    – RD 7 entre Tartas et Audon,
    – RD 7 entre Gamarde-les-Bains et Montfort-en-Chalosse,
    – RD 32 à Lahosse (secteur Tursan/Chalosse) : présence ponctuelle d’eau sur la chaussée, prudence recommandée,
    – RD 464 entre Angresse et Benesse.

    Petit rappel : la RD 33 (liaison Saint-Vincent-de-Tyrosse – Peyrehorade) est coupée à toute circulation au niveau de pont de La Marquèze.

    Vigilance sur le secteur nord-ouest du département, présence d’eau sur certaines voies de circulation. Il est vivement recommandé de réduire sa vitesse et d’être vigilant sur ce secteur.


  • Inondations en Béarn : retour progressif à la normale

    ponteurope
    Depuis le pont de l’Europe. © Photo Luce Gardères, Sud-Ouest.

    Alors que le nettoyage a commencé dans les communes sinistrées, la cellule de crise installée à la préfecture fait le point sur la situation des inondations en Béarn.

    Crues : La décrue est observable sur l’ensemble des cours d’eau et des affluents confirmant un retour progressif à la normale. La vigilance orange est cependant maintenue sur les gaves de Pau et d’Oloron en raison des masses d’eau cumulées. Le Saison, la Nive et la Nivelle sont redescendues en vigilance jaune.

    Météo : Une accalmie des précipitations est confirmée pour la demi-journée de dimanche favorisant la poursuite de la baisse des débits amorcée samedi en fin de journée. Toutefois, deux perturbations sont annoncées pour la soirée qui pourraient apporter chacune 20 à 40 mm d’eau supplémentaires. Ces précipitations sont susceptibles de ralentir les décrues et de réamorcer certains cours d’eau.

    Le risque d’avalanche est encore présent sur les massifs Ossau et Aspe. Des reconnaissances et analyses du manteau neigeux sont en cours.

    Sur la côte basque, une alerte jaune vagues-submersion est prévue à partir de 21 heures jusqu’au lundi 27 janvier 2014 à 6 heures.

    Bilan général : Dans la nuit du 25 janvier, on dénombre 4 interventions des sapeurs pompiers. Aucun fait marquant n’a été relevé. Les opérations de nettoyage vont pouvoir se poursuivre dans la journée de dimanche.

    Une vingtaine de routes départementales sont encore fermées à la circulation afin de permettre les travaux de nettoyage. La RN 134 est rouverte sur l’ensemble de l’axe, jusqu’au col du Somport.

    L’électricité a été rétablie dans la soirée sur l’ensemble du réseau. 300 personnes demeurent privées d’eau sur la commune d’Idron mais les travaux d’urgence ont commencé dans la matinée pour rétablir la situation dans la journée.

    Source: La république des Pyrénées