• Archives de la Catégorie Tempête
  • Vent fort sur le Béarn

    Le vent a commencé à souffler sur la côte et sur les sommets pyrénéens. Il est attendu en plaine en Béarn dans la soirée. La préfecture a diffusé un bulletin de vigilance météo jaune vents violents sur le département.

    Ceux qui habitent sur la côte basque subissent les bourrasques de vent depuis le petit matin ce mercredi. « Des rafales allant jusqu’à 100 km/h ont été enregistrées à la pointe de Socoa », indique Philippe Valat, prévisionniste chez Météo France. 
    La préfecture a d’ailleurs diffusé un bulletin de vigilance jaune vents violents, indiquant que les rafales pourront atteindre 100 à 130 km/h « à leur apogée » en montagne, voir 150 km/h. 

    Pluie et vent dans la soirée en plaine

    Des bourrasques sont enregistrées depuis 5 heures du matin à Iraty.Un vent qui a atteint dans la matinée les hauteurs de la station de la Pierre-Saint-Martin avec des rafales de 90 à 100 km/h. « Il s’agit d’un flux du Sud avec l’avant un fond froid issu de la dépression Gisèle », précise le prévionniste.
    Ces vents touchent tous les sommets depuis ce mercredi après-midi: Barétous, Aspe, Ossau. Il va ensuite déferler vers Oloron, Arudy… 

    Jusqu’à minuit passé

    En plaine, cet épisode venteux est attendu dans la soirée en Béarn. « Nous allons subir des précipitations plus importantes et brutales vers 18 heures ou 19 heures. Le vent va s’orienter brutalement à l’Ouest et va souffler en rafales. »

    L’alerte couvre une période allant de ce mercredi 17 heures à jeudi, passé minuit. Soulignant qu’en journée, le vent du sud « se renforce peu à peu », le bulletin de la préfecture prévient qu’en fin d’après-midi et première partie de la nuit, le vent sera à « son apogée ».

    Les services de l’Etat mettent en garde sur les conséquences de cette météo, indiquant que les toitures et les cheminées « peuvent être endommagées », que des branche d’arbres « risquent de se rompre ». Attention également sur les routes, où les véhicules pourraient être « déportés » à cause des rafales de vent, et le réseau secondaire routier en zone forestière pourrait être lui « perturbé ».

    Source: La République des Pyrénées


  • Vague de mousse sur la côte Basque (Biarritz)

    La grand plage de Biarritz a été recouverte ce mercredi d’une large couche de mousse !  Un spectacle impressionnant qui n’a pas duré, les services municipaux étant intervenus en fin de journée.

    Biarritz sous la mousse ! C’est le spectacle auquel ont eu droit ses habitants ce mercredi. La grande plage et même la rue étaient entièrement recouvertes d’écume comme en attestent ces images tournées par le site Surfing Biarritz.

    Piétons, cyclistes et automobilistes étaient contraint de circuler avec prudence dans ce qui ressemblait à une mare de chantilly… La faute aux intempéries qui sévissaient sur la côte  en ce début de semaine. Pluie et vents forts avaient conduit Météo France à placer le littoral en alerte orange.
     
    La plage et la rue ont été nettoyées mercredi après midi par les services municipaux. 

    Source: France3 Régions  –  Vidéo: Surfing Biarritz


  • Tempête de neige sur les Alpes

    Pour le plaisir des yeux

    Qui dit épisode exceptionnel, dit couverture exceptionnelle. Nos envoyés spéciaux (des professionnels de ce genre de situation qui ont pris toutes les précautions nécessaires lors de leur sortie ce soir) nous rapportent les premières images de ce qu’il se passe de l’autre côté de la frontière. Et ce n’est pas fini…

    Pour ceux qui sont dans les zones à risques, soyez prudents : une chute de neige d’un arbre ou d’un toit est vite arrivée, sans parler des avalanches spontanées qui peuvent toucher les habitations cette nuit (risque maximal sur certains massifs, Savoie en alerte rouge)…

     

  • L’ouragan Ophelia pourrait frôler l’ouest de la France dimanche ou lundi

    Selon les prévisionnistes, Ophelia, ouragan de catégorie 1, peut suivre deux trajectoires : soit vers le Portugal, soit vers le Golfe de Gascogne.

    Lundi 9 octobre, une tempête tropicale s’est formée sur l’Atlantique. Baptisée Ophelia, elle a atteint mercredi le stade d’ouragan de catégorie 1 (sur 5), ce qui en fait le 10e de la saison.

    En cette fin de semaine, cet ouragan se dirige lentement vers les Açores, selon la Chaîne Météo. Par la suite, deux scénarios sont possibles : tout en s’affaiblissant, soit Ophelia se dirigera vers le Portugal, soit il remontera « vers le Golfe de Gascogne, le large de la Bretagne puis les îles britanniques en frôlant l’ouest de la France ». C’est d’ailleurs cette deuxième possibilité que semblent pour l’instant privilégier les météorologistes. 
    #Ophelia est à présent un ouragan, le 10ème de la saison 2017 dans l’Atlantique.

    Chaleur et vent 

    Ophelia pourra garder ses propriétés tropicales à l’approche de nos régions, ce qui augurera à la France des températures inhabituellement douces« , souligne dans Ouest-France Gaëtan Lèches, prévisionniste chez Météo France. D’ailleurs, à l’avant de la tempête tropicale, Météo France a d’ores et déjà annoncé un week-end quasi-estival, en particulier dans le Sud-Ouest, où les températures pourraient grimper jusqu’à 28°C, et ce jusqu’à lundi.

    En revanche, le coup de vent ne concernerait véritablement que la pointe bretonne puis l’Irlande. Une grosse houle de 8 mètres se propagera alors dans les parages », tempère La Chaîne Météo. Il est toutefois possible qu’après le passage d’Ophelia, d’autres coups de vent balaient l’ouest de la France dans le courant de la semaine.

    Il faudra tout de même attendre quelques jours pour être fixé car la trajectoire d’Ophelia est pour l’instant relativement incertaine. Et il est donc « encore trop tôt pour se prononcer sur les conséquences possibles en France », estime La Chaîne Météo. 

    Source: SUD-OUEST


  • Ouragans. Maria et Lee vont traverser l’Atlantique

    L’ouragan Jose, après avoir erré des jours entiers au large des côtes américaines, s’est délité sur place. En revanche, Maria, qui vient d’être rétrogradée en tempête tropicale, et Lee, toujours classé comme ouragan, vont prendre le train des flux d’ouest et traverser l’Atlantique. Ils devraient terminer leur course en Irlande en tout début de semaine. Affaiblis, et sans trop faire de dégâts, heureusement.

    L’ouragan Jose a longtemps laissé planer le suspense. Il a erré des jours durant au large de la côte Est américaine, montant en latitude, allant vers l’est, revenant sur ses pas. Mais restant curieusement toujours hors d’atteinte des vents d’ouest qui soufflent un peu plus haut. Et il s’est délité peu à peu sur place. Maria et Lee, eux, vont en revanche prendre le train météo qui va les conduire en Europe en quatre jours seulement.

    Maria et Lee devraient toucher l’Irlande

    Les prévisions européennes concernant Lee et Maria pour ce samedi 30 septembre.Maria, maintenant classée tempête tropicale (vents jusqu’à 120 km/h), longe actuellement les côtes de Caroline du Nord et de Virginie, et va dès ce jeudi commencer à s’éloigner des États-Unis.

    De son côté, l’ouragan Lee, toujours classé en catégorie 3 (vents jusqu’à 210 km/h), a pris un raccourci, évité les Antilles et gagné le centre de l’Atlantique. Lui aussi va se faire happer par les flux d’ouest pour gagne les côtes européennes.

    Notez au passage que si Maria est bien plus vaste que Lee, c’est le plus petit des deux phénomènes qui est le plus violent maintenant !

    Dimanche, du mauvais temps sur la France

    Cela dit, Maria et Lee devraient fusionner, puis se faire absorber par une dépression plus vaste. Et arriver sur les côtes ouest de l’Irlande assez affaiblis. En France, on ne devrait ressentir qu’une partie de ce phénomène météo. Personne ne s’en plaindra.

    Accessoirement, et sans que cela ait un quelconque lien, notez que ce dimanche, sur tout le nord-ouest de la France, le temps sera juste épouvantable : vents soutenus de sud-ouest et fortes pluies. Dépression extra-tropicale venue des Caraïbes ou pas, chez nous, l’été indien ne semble pas pour demain.

    Les prévisions de déplacement de Maria.

     

    Les prévisions de déplacement de Lee.
     

  • Vigilance orange sur les Pyrénées Atlantique

    Vigilance orange pour vent

    Début d’événement prévu le dimanche 05 février 2017 à 10h00
    Fin de phénomène prévue le lundi 06 février 2017 à 10h00

    Situation actuelle :
    La dépression baptisée « Marcel » se situe actuellement sur la pointe bretonne, à 990 hPa de pression au centre. Ce système est actif avec des orages observés dans le Sud-Ouest. Sur la côte atlantique, des rafales de l’ordre de 100 km/h (un peu plus sur des sémaphores) sont déjà observées ce matin.

    Evolution prévue :
    Le minimum dépressionnaire va circuler aujourd’hui vers le centre du pays, puis demain vers la Méditerranée. Au sud de ce système, le vent va nettement se renforcer. Orienté à l’ouest, nord-ouest, les rafales seront violentes. Le début d’évènement est prévu vers 10 h ce matin.
    Sur les départements placés en vigilance orange « vent », les valeurs attendues sont:
    – 130 à 140 km/h sur le littoral atlantique.
    – 100 ponctuellement 110 km/h dans l’intérieur du sud-ouest sous des orages forts pour la saison.
    – 120 km/h dans le domaine de la Tramontane à l’intérieur des terres, 140 km/h sur le côtier.
    – Des valeurs de l’ordre de 140/150 km/h sont possibles en altitude sur les crêtes pyrénéennes.
    L’accalmie interviendra ce soir dans le Sud-Ouest, demain à la mi-journée pour la Tramontane.
    A signaler également:
    De très fortes vagues vont déferler sur le littoral charentais et aquitain.
    Les chutes de neige s’annoncent assez conséquentes sur les Pyrénées avec une limite pluie/neige vers 800 m la nuit prochaine.

    Source Bulletin vigilance MétéoFrance


  • Succession de tempêtes à partir de vendredi

    Bulletin de vigilance Météo France

    Succession de tempêtes à partir de vendredi

    De vendredi à dimanche, trois dépressions actives vont se succéder sur la France. Elles seront associées à de violentes rafales de vent et maintiendront une mer fortement agitée et dangereuse sur le littoral atlantique. Dès ce jeudi soir, de très fortes vagues sont attendues sur le Finistère qui est placé en vigilance orange vagues-submersion.

    Vendredi 3 février, des vents violents vont concerner l’ouest de la France au passage d’une dépression très creuse. En début de matinée, les rafales pourront atteindre 120-130 km/h sur la pointe Bretagne puis s’étendront du sud de la Bretagne aux Pays de la Loire. Elles gagneront rapidement les côtes nord de la Bretagne et le Cotentin. A l’intérieur des terres, on attend des rafales de l’ordre de 90-110 km/h de la Bretagne à une partie des Pays de la Loire et de la Normandie. La mer sera forte et dangereuse sur l’ensemble de la façade atlantique.

    Pour suivre l’évolution de la situation, consultez nos prévisions et la carte de vigilance.

    Des vents potentiellement très violents samedi

    Dans ce contexte perturbé bien installé, une nouvelle tempête devrait toucher la France samedi 4 février. Le scénario actuellement envisagé est une trajectoire la faisant circuler des côtes charentaises et vendéennes jusqu’au Nord-Est en passant par le nord du Massif central. Dès la seconde partie de nuit de vendredi à samedi, les rafales pourraient être localement violentes, pouvant atteindre 150 km/h sur le littoral charentais et aquitain. Dans les terres, le vent soufflera très fort également, jusqu’à 120 km/h des Charentes au nord du Massif central. La mer restera dangereuse sur le littoral notamment de la Vendée à la frontière espagnole où le risque de vagues-submersion sera élevé.

    Une nouvelle dépression dimanche moins venteuse que celle de samedi

    Dimanche 5 février, une nouvelle dépression d’intensité plus faible que la précédente devrait concerner le pays. Cette dépression pourrait générer des vents forts, de l’ordre de 100-120 km/h le long du littoral atlantique jusqu’à 110 km/h à l’intérieur des terres. Il reste de fortes incertitudes sur sa trajectoire. Le pourtour méditerranéen pourrait également être concerné.

    Pour en savoir plus, consultez nos dossiers tempêtes et vagues submersion.

    image 1

    image 2

     

     


  • Vers une tempête subtropicale dans le Golfe de Gascogne ?

    SourceKeraunos.org Observatoire français des tornades et orages violents.

    Mercredi et jeudi, une dépression à cœur chaud et fortement instable pourrait se creuser dans le Golfe de Gascogne. Si cette éventualité devait se confirmer, le phénomène serait remarquable sur un plan climatologique.

    Hypothèse la plus pessimiste : une tempête subtropicale le long des côtes d’Aquitaine jeudi. Les conséquences seraient sévères
    mais ce scénario ne présente qu’une probabilité de 15% pour le moment.

    Le creusement dépressionnaire qui a débuté ce mardi sur l’ouest de la France, y générant une activité orageuse virulente, devrait se poursuivre la nuit prochaine sous la forme d’une dépression bien isolée sur le sud de la Bretagne.

    Cette dépression devrait ensuite migrer vers le sud pour gagner le Golfe de Gascogne dans la journée de mercredi et en cours de nuit suivante. Durant cette période, elle pourrait subir un creusement important et évoluer en dépression subtropicale, ce qui serait inédit dans cette région sur la base des données de la période récente.

    Qu’est-ce qu’une dépression subtropicale ? Est-ce dangereux ?

    Les dépressions subtropicales, désignées habituellement sous l’acronyme TLC pour « Tropical-Like Cyclone », sont des phénomènes hybrides :

    • comme les dépressions extratropicales, typiques de nos latitudes, elles se développent généralement en réponse à une forte dynamique d’altitude (anomalie de tropopause interagissant avec un cut-off) ;

    • comme les cyclones tropicaux, elles ne présentent pas de système frontal dans leur partie centrale, sont associées à une forte activité convective jusqu’en périphérie immédiate du minimum dépressionnaire, et développent un noyau d’anomalie chaude en surplomb du minimum de surface.

    Quelle est la conséquence ? Ce caractère hybride à dominante tropicale rend ces dépressions parfois très virulentes, dans la mesure où elles peuvent produire conjointement de très fortes pluies et des rafales de vent violentes. Il arrive parfois qu’elles développent un œil, comme les cyclones tropicaux.

    Elles sont plus particulièrement connues en France en raison de leur développement périodique en Méditerranée ; elles peuvent alors, dans de rares cas, affecter temporairement les zones littorales du sud-est de France ou la Corse. On parle alors de « Medicane » (pour « Mediterranean Hurricane »).

    A ce jour, aucun cas récent de tempête subtropicale n’a été documenté sur nos côtes Atlantique, les conditions n’y étant habituellement pas propices à la formation de ces phénomènes. Les deux prochains jours pourraient toutefois faire évoluer ce constat.

    A quoi s’attendre ?

    L’hypothèse de la formation d’une tempête subtropicale au large de nos côtes Atlantique est aujourd’hui encore incertaine, avec une probabilité estimée à environ 30%. Si ce scénario devait se concrétiser, la dépression entrerait en transition subtropicale dans la nuit de mercredi à jeudi, puis garderait ses caractéristiques hybrides durant la journée de jeudi au moins.

    Afin d’affiner la prévision de ce type de risques, KERAUNOS a déployé cette année un nouveau programme de prévision à haute résolution de nature « ensembliste », le SREF 5 km France.  Ce système de prévision consiste à établir une prévision numérique de référence (dite de « contrôle ») et de générer en parallèle une série de prévisions numériques dites «perturbées », c’est-à-dire dont les conditions initiales ou la physique du modèle elle-même sont modifiées.

    L’application de cette technique sur des échéances courtes et à haute résolution est novateur en France et a apporté des résultats très pertinents sur plusieurs situations orageuses cet été. Il permet dans le cas présent de confirmer une situation chaotique, avec une très grande variété de scénarios possibles, dont quelques-uns indiquent un potentiel de tempête subtropicale.

    En l’occurrence, ce programme de prévision se compose d’un membre de contrôle (indiqué « CTL ») et de 15 membres perturbés (numérotés de 1 à 15 ci-dessous). Comme on peut le voir sur ce champ qui présente la situation attendue jeudi à 05h TU (07h locales), plusieurs membres creusent fortement la dépression dans le Golfe de Gascogne dans la nuit de mercredi à jeudi (CTL, 3, 4, 6, 9, 11).

    Ces 5 scénarios ont pour point commun de générer conjointement une anomalie chaude à l’étage moyen (ci-dessous à gauche) et de creuser la dépression dans un environnement fortement instable (ci-dessous à droite). Ils développent donc explicitement une dépression subtropicale.

    Compte tenu de la proximité avec les côtes d’Aquitaine, les conséquences seraient marquées, avec des pluies abondantes et des rafales supérieures à 100 km/h près des côtes.

    Ce scénario n’est toutefois pas majoritaire, et il est, pour le moment, davantage probable que cette dépression ne se creuse que modestement, sans connaître de transition subtropicale et sans conséquences significatives sur le littoral aquitain.

    Néanmoins, la situation sera à surveiller au cours des prochaines 48 heures compte tenu des éléments présentés plus haut. Le cas échéant, un suivi sera réalisé sur le site.


  • Coup de vent : 2500 foyers béarnais sans électricité

    Coup de vent : 2500 foyers béarnais sans électricité

    Le coup de vent de la nuit dernière a fait peu de dégâts mais a privé de nombreux foyers d’électricité.

    Météo France avait placé hier les départements du Sud-Ouest en alerte orange aux vents violents. Il y a effectivement eu des rafales de près de 100 km/h qui ont fait tomber branches d’arbres, poteaux électriques et téléphoniques ainsi que quelques toitures. Les sapeurs-pompiers sont sortis à 40 reprises dans le département mais rien de grave ne s’est produit. Ni blessé, ni évacuation se félicitaient les sapeurs-pompiers ce matin.

    Du côté d’ErDF, une quarantaine de techniciens et des entreprises partenaires sont sur le front ce matin. Au plus fort du passage venteux, 8000 foyers ont été privés d’électricité dans les trois départements des Landes, Pyrénées Atlantiques et Hautes-Pyrénées. En Béarn, 2500 foyers étaient privés d’électricité ce matin, essentiellement dans le secteur d’Oloron-Monein (mille foyers sans courant sur la seule commune de Monein) et en Nord-Béarn.

    Du côté des cours d’eau, la vigilance crue est de mise sur le gave d’Oloron et les Gaves réunis.

    Source: La République des Pyrénées

     


  • Fort risque de tempête à partir de dimanche soir.

    Après un week-end encore agité, une nouvelle perturbation potentiellement très active traversera le pays depuis les côtes atlantiques dans la nuit de dimanche à lundi jusqu’aux frontières du Nord-Est lundi soir.
    Les incertitudes sont encore fortes concernant ce phénomène, mais les rafales pourraient atteindre 120 km/h sur les rivages du nord de l’Aquitaine à la Vendée et 100 km/h dans l’intérieur des terres jusqu’aux frontières du Nord-Est.Le vent sera également violent sur les reliefs pyrénéens et alpins ainsi qu’en Corse.

    tempête

    Source: Météo France