• Archives de la Catégorie Vent
  • Ouragans. Maria et Lee vont traverser l’Atlantique

    L’ouragan Jose, après avoir erré des jours entiers au large des côtes américaines, s’est délité sur place. En revanche, Maria, qui vient d’être rétrogradée en tempête tropicale, et Lee, toujours classé comme ouragan, vont prendre le train des flux d’ouest et traverser l’Atlantique. Ils devraient terminer leur course en Irlande en tout début de semaine. Affaiblis, et sans trop faire de dégâts, heureusement.

    L’ouragan Jose a longtemps laissé planer le suspense. Il a erré des jours durant au large de la côte Est américaine, montant en latitude, allant vers l’est, revenant sur ses pas. Mais restant curieusement toujours hors d’atteinte des vents d’ouest qui soufflent un peu plus haut. Et il s’est délité peu à peu sur place. Maria et Lee, eux, vont en revanche prendre le train météo qui va les conduire en Europe en quatre jours seulement.

    Maria et Lee devraient toucher l’Irlande

    Les prévisions européennes concernant Lee et Maria pour ce samedi 30 septembre.Maria, maintenant classée tempête tropicale (vents jusqu’à 120 km/h), longe actuellement les côtes de Caroline du Nord et de Virginie, et va dès ce jeudi commencer à s’éloigner des États-Unis.

    De son côté, l’ouragan Lee, toujours classé en catégorie 3 (vents jusqu’à 210 km/h), a pris un raccourci, évité les Antilles et gagné le centre de l’Atlantique. Lui aussi va se faire happer par les flux d’ouest pour gagne les côtes européennes.

    Notez au passage que si Maria est bien plus vaste que Lee, c’est le plus petit des deux phénomènes qui est le plus violent maintenant !

    Dimanche, du mauvais temps sur la France

    Cela dit, Maria et Lee devraient fusionner, puis se faire absorber par une dépression plus vaste. Et arriver sur les côtes ouest de l’Irlande assez affaiblis. En France, on ne devrait ressentir qu’une partie de ce phénomène météo. Personne ne s’en plaindra.

    Accessoirement, et sans que cela ait un quelconque lien, notez que ce dimanche, sur tout le nord-ouest de la France, le temps sera juste épouvantable : vents soutenus de sud-ouest et fortes pluies. Dépression extra-tropicale venue des Caraïbes ou pas, chez nous, l’été indien ne semble pas pour demain.

    Les prévisions de déplacement de Maria.

     

    Les prévisions de déplacement de Lee.
     

  • Vigilance orange sur les Pyrénées Atlantique

    Vigilance orange pour vent

    Début d’événement prévu le dimanche 05 février 2017 à 10h00
    Fin de phénomène prévue le lundi 06 février 2017 à 10h00

    Situation actuelle :
    La dépression baptisée « Marcel » se situe actuellement sur la pointe bretonne, à 990 hPa de pression au centre. Ce système est actif avec des orages observés dans le Sud-Ouest. Sur la côte atlantique, des rafales de l’ordre de 100 km/h (un peu plus sur des sémaphores) sont déjà observées ce matin.

    Evolution prévue :
    Le minimum dépressionnaire va circuler aujourd’hui vers le centre du pays, puis demain vers la Méditerranée. Au sud de ce système, le vent va nettement se renforcer. Orienté à l’ouest, nord-ouest, les rafales seront violentes. Le début d’évènement est prévu vers 10 h ce matin.
    Sur les départements placés en vigilance orange « vent », les valeurs attendues sont:
    – 130 à 140 km/h sur le littoral atlantique.
    – 100 ponctuellement 110 km/h dans l’intérieur du sud-ouest sous des orages forts pour la saison.
    – 120 km/h dans le domaine de la Tramontane à l’intérieur des terres, 140 km/h sur le côtier.
    – Des valeurs de l’ordre de 140/150 km/h sont possibles en altitude sur les crêtes pyrénéennes.
    L’accalmie interviendra ce soir dans le Sud-Ouest, demain à la mi-journée pour la Tramontane.
    A signaler également:
    De très fortes vagues vont déferler sur le littoral charentais et aquitain.
    Les chutes de neige s’annoncent assez conséquentes sur les Pyrénées avec une limite pluie/neige vers 800 m la nuit prochaine.

    Source Bulletin vigilance MétéoFrance


  • Succession de tempêtes à partir de vendredi

    Bulletin de vigilance Météo France

    Succession de tempêtes à partir de vendredi

    De vendredi à dimanche, trois dépressions actives vont se succéder sur la France. Elles seront associées à de violentes rafales de vent et maintiendront une mer fortement agitée et dangereuse sur le littoral atlantique. Dès ce jeudi soir, de très fortes vagues sont attendues sur le Finistère qui est placé en vigilance orange vagues-submersion.

    Vendredi 3 février, des vents violents vont concerner l’ouest de la France au passage d’une dépression très creuse. En début de matinée, les rafales pourront atteindre 120-130 km/h sur la pointe Bretagne puis s’étendront du sud de la Bretagne aux Pays de la Loire. Elles gagneront rapidement les côtes nord de la Bretagne et le Cotentin. A l’intérieur des terres, on attend des rafales de l’ordre de 90-110 km/h de la Bretagne à une partie des Pays de la Loire et de la Normandie. La mer sera forte et dangereuse sur l’ensemble de la façade atlantique.

    Pour suivre l’évolution de la situation, consultez nos prévisions et la carte de vigilance.

    Des vents potentiellement très violents samedi

    Dans ce contexte perturbé bien installé, une nouvelle tempête devrait toucher la France samedi 4 février. Le scénario actuellement envisagé est une trajectoire la faisant circuler des côtes charentaises et vendéennes jusqu’au Nord-Est en passant par le nord du Massif central. Dès la seconde partie de nuit de vendredi à samedi, les rafales pourraient être localement violentes, pouvant atteindre 150 km/h sur le littoral charentais et aquitain. Dans les terres, le vent soufflera très fort également, jusqu’à 120 km/h des Charentes au nord du Massif central. La mer restera dangereuse sur le littoral notamment de la Vendée à la frontière espagnole où le risque de vagues-submersion sera élevé.

    Une nouvelle dépression dimanche moins venteuse que celle de samedi

    Dimanche 5 février, une nouvelle dépression d’intensité plus faible que la précédente devrait concerner le pays. Cette dépression pourrait générer des vents forts, de l’ordre de 100-120 km/h le long du littoral atlantique jusqu’à 110 km/h à l’intérieur des terres. Il reste de fortes incertitudes sur sa trajectoire. Le pourtour méditerranéen pourrait également être concerné.

    Pour en savoir plus, consultez nos dossiers tempêtes et vagues submersion.

    image 1

    image 2

     

     


  • Vers une tempête subtropicale dans le Golfe de Gascogne ?

    SourceKeraunos.org Observatoire français des tornades et orages violents.

    Mercredi et jeudi, une dépression à cœur chaud et fortement instable pourrait se creuser dans le Golfe de Gascogne. Si cette éventualité devait se confirmer, le phénomène serait remarquable sur un plan climatologique.

    Hypothèse la plus pessimiste : une tempête subtropicale le long des côtes d’Aquitaine jeudi. Les conséquences seraient sévères
    mais ce scénario ne présente qu’une probabilité de 15% pour le moment.

    Le creusement dépressionnaire qui a débuté ce mardi sur l’ouest de la France, y générant une activité orageuse virulente, devrait se poursuivre la nuit prochaine sous la forme d’une dépression bien isolée sur le sud de la Bretagne.

    Cette dépression devrait ensuite migrer vers le sud pour gagner le Golfe de Gascogne dans la journée de mercredi et en cours de nuit suivante. Durant cette période, elle pourrait subir un creusement important et évoluer en dépression subtropicale, ce qui serait inédit dans cette région sur la base des données de la période récente.

    Qu’est-ce qu’une dépression subtropicale ? Est-ce dangereux ?

    Les dépressions subtropicales, désignées habituellement sous l’acronyme TLC pour « Tropical-Like Cyclone », sont des phénomènes hybrides :

    • comme les dépressions extratropicales, typiques de nos latitudes, elles se développent généralement en réponse à une forte dynamique d’altitude (anomalie de tropopause interagissant avec un cut-off) ;

    • comme les cyclones tropicaux, elles ne présentent pas de système frontal dans leur partie centrale, sont associées à une forte activité convective jusqu’en périphérie immédiate du minimum dépressionnaire, et développent un noyau d’anomalie chaude en surplomb du minimum de surface.

    Quelle est la conséquence ? Ce caractère hybride à dominante tropicale rend ces dépressions parfois très virulentes, dans la mesure où elles peuvent produire conjointement de très fortes pluies et des rafales de vent violentes. Il arrive parfois qu’elles développent un œil, comme les cyclones tropicaux.

    Elles sont plus particulièrement connues en France en raison de leur développement périodique en Méditerranée ; elles peuvent alors, dans de rares cas, affecter temporairement les zones littorales du sud-est de France ou la Corse. On parle alors de « Medicane » (pour « Mediterranean Hurricane »).

    A ce jour, aucun cas récent de tempête subtropicale n’a été documenté sur nos côtes Atlantique, les conditions n’y étant habituellement pas propices à la formation de ces phénomènes. Les deux prochains jours pourraient toutefois faire évoluer ce constat.

    A quoi s’attendre ?

    L’hypothèse de la formation d’une tempête subtropicale au large de nos côtes Atlantique est aujourd’hui encore incertaine, avec une probabilité estimée à environ 30%. Si ce scénario devait se concrétiser, la dépression entrerait en transition subtropicale dans la nuit de mercredi à jeudi, puis garderait ses caractéristiques hybrides durant la journée de jeudi au moins.

    Afin d’affiner la prévision de ce type de risques, KERAUNOS a déployé cette année un nouveau programme de prévision à haute résolution de nature « ensembliste », le SREF 5 km France.  Ce système de prévision consiste à établir une prévision numérique de référence (dite de « contrôle ») et de générer en parallèle une série de prévisions numériques dites «perturbées », c’est-à-dire dont les conditions initiales ou la physique du modèle elle-même sont modifiées.

    L’application de cette technique sur des échéances courtes et à haute résolution est novateur en France et a apporté des résultats très pertinents sur plusieurs situations orageuses cet été. Il permet dans le cas présent de confirmer une situation chaotique, avec une très grande variété de scénarios possibles, dont quelques-uns indiquent un potentiel de tempête subtropicale.

    En l’occurrence, ce programme de prévision se compose d’un membre de contrôle (indiqué « CTL ») et de 15 membres perturbés (numérotés de 1 à 15 ci-dessous). Comme on peut le voir sur ce champ qui présente la situation attendue jeudi à 05h TU (07h locales), plusieurs membres creusent fortement la dépression dans le Golfe de Gascogne dans la nuit de mercredi à jeudi (CTL, 3, 4, 6, 9, 11).

    Ces 5 scénarios ont pour point commun de générer conjointement une anomalie chaude à l’étage moyen (ci-dessous à gauche) et de creuser la dépression dans un environnement fortement instable (ci-dessous à droite). Ils développent donc explicitement une dépression subtropicale.

    Compte tenu de la proximité avec les côtes d’Aquitaine, les conséquences seraient marquées, avec des pluies abondantes et des rafales supérieures à 100 km/h près des côtes.

    Ce scénario n’est toutefois pas majoritaire, et il est, pour le moment, davantage probable que cette dépression ne se creuse que modestement, sans connaître de transition subtropicale et sans conséquences significatives sur le littoral aquitain.

    Néanmoins, la situation sera à surveiller au cours des prochaines 48 heures compte tenu des éléments présentés plus haut. Le cas échéant, un suivi sera réalisé sur le site.


  • Coup de vent : 2500 foyers béarnais sans électricité

    Coup de vent : 2500 foyers béarnais sans électricité

    Le coup de vent de la nuit dernière a fait peu de dégâts mais a privé de nombreux foyers d’électricité.

    Météo France avait placé hier les départements du Sud-Ouest en alerte orange aux vents violents. Il y a effectivement eu des rafales de près de 100 km/h qui ont fait tomber branches d’arbres, poteaux électriques et téléphoniques ainsi que quelques toitures. Les sapeurs-pompiers sont sortis à 40 reprises dans le département mais rien de grave ne s’est produit. Ni blessé, ni évacuation se félicitaient les sapeurs-pompiers ce matin.

    Du côté d’ErDF, une quarantaine de techniciens et des entreprises partenaires sont sur le front ce matin. Au plus fort du passage venteux, 8000 foyers ont été privés d’électricité dans les trois départements des Landes, Pyrénées Atlantiques et Hautes-Pyrénées. En Béarn, 2500 foyers étaient privés d’électricité ce matin, essentiellement dans le secteur d’Oloron-Monein (mille foyers sans courant sur la seule commune de Monein) et en Nord-Béarn.

    Du côté des cours d’eau, la vigilance crue est de mise sur le gave d’Oloron et les Gaves réunis.

    Source: La République des Pyrénées

     


  • Fort risque de tempête à partir de dimanche soir.

    Après un week-end encore agité, une nouvelle perturbation potentiellement très active traversera le pays depuis les côtes atlantiques dans la nuit de dimanche à lundi jusqu’aux frontières du Nord-Est lundi soir.
    Les incertitudes sont encore fortes concernant ce phénomène, mais les rafales pourraient atteindre 120 km/h sur les rivages du nord de l’Aquitaine à la Vendée et 100 km/h dans l’intérieur des terres jusqu’aux frontières du Nord-Est.Le vent sera également violent sur les reliefs pyrénéens et alpins ainsi qu’en Corse.

    tempête

    Source: Météo France


  • Forte précipitation pluvio-neigeuse sur le 64 et 65

     

    Un épisode pluvio-neigeux durable et potentiellement intense va concerner les Pyrénées entre le 24 et le 28 février prochains. Une perturbation pluvieuse très active doit atteindre les Pyrénées dans la soirée en donnant des pluies soutenues sur le piémont et ses abords et de la neige en altitude.

    accumulation 3 jours
    Image Météociel

    Coup de vent , forte pluie localement orageuse cette nuit ! 

    Avec la bascule du vent au nord-ouest et l’arrivée d’un front froid ce soir, on attend des rafales à 100-120 km/h sur la côte Basque et Landaise sous de puissants grains parfois orageux. A l’intérieur des terres, des rafales de 80-90 km/h sont probables tandis que des chutes de grésil sont possibles partout.

    Mardi , le cumul sera conséquent, souvent supérieur à 30mm en 24h en plaine et 50mm sur le piémont. On surveillera le littoral Basque qui deviendra très dangereux car on attend des déferlantes et des creux de 6 à 8m (9 au large).

    Une brève accalmie est envisagée dans la nuit de mardi à mercredi, les pluies ne cessant toutefois pas totalement. Elles se renforceront à nouveau un seconde partie de nuit et début de matinée de mercredi avant l’arrivée d’une nouvelle et puissante dégradation. Cette dernière par effet de blocage orographique persistera jusqu’à samedi en fin de journée voire nuit suivante.

    Sur l’ensemble de l’épisode, qui devrait durer environ 4 à 5 jours, les lames d’eau devraient devenir particulièrement importantes notamment sur les Piémonts où les 300 mm pourront être dépassés notamment entre le Pays-Basque (64) et la Bigorre (65) , jusqu’à 300mm concernant le piémont de l’Ariège (09) , de la Haute-Garonne (31) et de l’ouest des Pyrénées-Orientales (66). En zones de plaine, les valeurs seront plus aléatoires, de l’ordre de 60mm à 120mm

    Fortes chutes de neige en montagne.

    La limite pluie-neige vers 1300 m, s’abaisse lentement jusque vers 500/600 m en fin de nuit prochaine, puis remonte vers 900 m en cours de journée de mardi dans une masse d’air radoucie. Par contre celle-ci remonte vers 1800 mètres à partir de mercredi. Le risque d’avalanche y sera particulièrement fort tandis que le lessivage du manteau neigeux fera grossir les cours d’eau !  D’ici vendredi soir, on attend à 2000 mètres des cumuls de l’ordre de 2 à 3 mètres de neige notamment entre le relief du Haut-Béarn et de la Bigorre.

    Source Hebdo Météo


  • Tornade dans les Pyrénées-Atlantiques, Coarraze-Nay.

    Tornade dans les environs de Coarraze, le 25 juin 2014. (c) C. Mendiburu

     
    Un tuba bien développé a été observé à 15h40 locales au sud-est de la ville de Pau (Pyrénées-Atlantiques), ce mercredi 25 juin 2014. Photographié par plusieurs témoins et rapporté sur la page Facebook Météo Béarn et Soule 64, le phénomène s’avère en réalité être unetornade, vu qu’un contact au sol a pu être établi.
    En effet, des dommages mineurs sont signalés aux abords de Coarraze: des tuiles ont été déplacées et un trampoline a été soulevé du sol.

    Tornade dans les environs de Coarraze, le 25 juin 2014. (c) Météo Béarn et Sioule 64

    Le tuba s’est formé en périphérie immédiate d’une cellule convective active mais non orageuse, productrice d’une forte averse.

    Source: KERAUNOS, Observatoire français des tornades et orages violents.


  • Des rafales à 100 km/heure et une mini tornade au Pays Basque.

    Des rafales à 100 km/heure et une mini tornade ont touché, vendredi matin, le nord du Pays basque.
    Intempéries : le Pays basque touché par de fortes rafales et une mini-tornadePlus d’un quart de la toiture s’est envolé chez cet habitant d’Urcuit.© PHOTO: VAN LOEY MARC

    Un fort coup de vent a touché vendredi matin le nord du Pays basque. Les stations de Météo France ont enregistré des vents soufflant à 120 km/h à la pointe de Socoa peu après 7 heures du matin tandis qu’à Biarritz, on constatait 82 km/h avec des rafales à 100 km/h.
    C’est vers 7 h 30, qu’ont eu lieu les dégâts les plus significatifs lorsque le coup de vent s’est abattu sur Urcuit et les communes environnantes. Cette mini-tornade a littéralement arraché la toiture sur plus d’un quart de sa surface. Des dizaines de tuiles ont été projetées à plusieurs mètres et des débris de charpente jonchaient, vendredi, le jardin. Les dégâts sont importants.

    Les pompiers d’Urt sont intervenus sous la direction du lieutenant Jean-Marc Etchebarne pour bâcher le toit. La propriété voisine, appartenant à Robert Etchebarne, a été touchée également mais dans une moindre mesure. Seules quelques tuiles ont été déplacées et la cabane à lapins est détruite.
    À proximité, des arbres étêtés témoignent de la violence du phénomène qui n’a été que de très courte durée. Le couple Fardeau pourra continuer à habiter dans la partie du logement intacte en attendant le passage des experts et la réparation des dégâts.

    © PHOTO E. GIMENEZ

    À Bayonne, une jeune femme a vu sa Twingo écrasée par un arbre sur le parking de la résidence du Boudigau, dans le quartier Marracq. Par chance, personne ne se trouvait dans le véhicule.
    En de nombreux endroits, des branches d’arbres ont été arrachées, à Urcuit bien sûr mais aussi à Saint-Pierre-d’Irube. Aucune route n’a été coupée à la circulation car les pompiers ont rapidement dégagé les chaussées concernées.
    Des ralentissements importants se sont toutefois produits dans le secteur de Bayonne Nord à cause d’un accrochage entre deux véhicules sur le pont Saint-Frédéric.

    © PHOTO CH. BERLIOCCHI

    Les parcs publics de Bayonne ont eux reçu la visite du service des espaces verts qui ont nettoyé les nombreux branchages jonchant le sol.
    Les précipitations ont été très concentrées -6 mm en une heure- mais le surplus d’eau a été absorbé sans difficulté.

    Source: Sued-Ouest