La météo en temps réel sur Orthez

Shrunk Expand

  • Archives de la Catégorie Douceur
  • Automne 2018 : doux et ensoleillé

    (Automne météorologique : septembre – octobre – novembre)

    Durant l’automne 2018, les conditions anticycloniques ont été prédominantes excepté sur le Sud-Est et la Corse qui ont été touchés par de fréquents épisodes méditerranéens. Le nord du pays, très peu arrosé, a connu un ensoleillement remarquable.

    Hormis deux pics de froid du 26 au 31 octobre et du 18 au 22 novembre, les températures sont souvent restées supérieures aux valeurs saisonnières tout au long de l’automne. En moyenne proches des normales* sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique ainsi qu’au pied des Pyrénées, elles ont été 1 à 2 °C au-dessus sur le reste du pays.

    En moyenne sur la saison et sur la France, la température devrait être supérieure à la normale de 1 °C, plaçant 2018 au 4e rang des automnes les plus chauds, derrière 2006 (+2,4 °C), 2014 (+2,3 °C) et 2011 (+ 1,7 °C).

    Evolution de la température moyenne quotidienne par rapport à la normale - France - 1er septembre au 26 novembre 2018 
    Evolution de la température moyenne quotidienne par rapport à la normale – France – 1er septembre au 26 novembre 2018 – © Météo-France
    (Cliquer sur le graphe pour l’agrandir)

    La pluviométrie, géographiquement très contrastée, a été déficitaire sur la majeure partie du pays à l’exception des régions méridionales. Le déficit a dépassé 50 % sur l’Alsace, la Lorraine et la Franche-Comté, contribuant à la poursuite de l’assèchement des sols superficiels sur le quart nord-est de l’Hexagone. Les régions méditerranéennes, en revanche, ont été frappées par plusieurs épisodes pluvio-orageux intenses en octobre et novembre avec des pluies localement diluviennes sur les Cévennes, le Var et la Corse, ainsi que les 14 et 15 octobre dans l’Aude. Les cumuls de précipitations y sont 1,5 à 2 fois supérieurs à la normale.

    En moyenne, sur la France et sur la saison, la pluviométrie est à ce jour déficitaire* de près de 30 %.

    Rapport à la normale des cumuls saisonniers de précipitations agrégées - France - automne 2018 
    Rapport à la normale des cumuls saisonniers de précipitations agrégées – France – automne 2018 – © Météo-France
    (Cliquer sur la carte pour l’agrandir)

    L’ensoleillement, conforme à la saison sur les régions méditerranéennes, a été remarquable sur le reste du pays, excédentaire** de plus de 30 % au nord de la Loire, voire de plus de 50 % près des frontières du Nord et du Nord-Est.

    * moyenne de référence 1981-2010
    ** moyenne de référence 1991-2010

    SOURCE Météo France


  • Record: 100 jours sans gel au sommet du Pic du Midi de Bigorre

    C’est un record historique. Il faut remonter au 14 juin pour trouver une température négative.

    Le Pic du Midi de Bigorre, qui culmine à plus de 2 870 mètres, a franchi la barre des 100 jours sans gel. BONNAUD GUILLAUME

    Le Pic du Midi de Bigorre, qui culmine dans le département des Hautes-Pyrénées à plus de 2 870 mètres, a franchi samedi la durée symbolique des 100 jours sans gel, « un nouveau record historique« , selon Météo-France.

    Un record qui devrait être encore amélioré puisque « si un rafraîchissement est prévu la semaine prochaine, il pourrait ne pas y avoir de gelées avant le début du mois d’octobre », précise Gisèle Lafaille, prévisionniste à Tarbes.

    Selon Météo-France, le massif connaît une situation exceptionnelle avec 10° enregistré samedi à 15 heures au Pic du Midi et un isotherme 0°C à une altitude de 4 500 m. Dans la nuit du 21 au 22 septembre, la température minimale s’est établie à 4,7. Il faut remonter au 14 juin pour trouver une température négative, –1,6°C.

    Le précédent record de 1999, était de 77 jours sans gel. Des relevés de températures sont pratiqués au Pic du Midi depuis 1882.

    Réchauffement global dans les Pyrénées

    Et la situation ne devrait pas aller en s’arrangeant puisque comme le révèle Climpy, un projet de recherche transfrontalier entre la France, l’Espagne et Andorre, les températures moyennes dans les Pyrénées, qui ont déjà augmenté de 1,2°C entre 1959 et 2010, devraient continuer de grimper.

    À l’horizon 2050, si la lutte contre le réchauffement climatique n’est pas renforcée, les minimales pourraient augmenter de de 1,7  à 3,3°C et les maximales de 2 à 4°C. D’ici la fin du siècle, selon le même scénario, les minimales seront plus hautes de 3,6 à 6°C, tandis que les maximales pourraient augmenter de 4,3 à 7,1°C.

    Quant à l’épaisseur de la neige, elle devrait baisser de manière significative. Elle pourrait ainsi se réduire de moitié d’ici 2050,  tandis que la période de neige continue au sol réduirait de plus d’un mois.

    Source Sud-Ouest


  • Grande douceur cette semaine

    Après une première quinzaine de novembre relativement fraîche sur l’Hexagone, cette semaine est marquée par une grande douceur qui gagnera progressivement l’ensemble du pays sous l’influence d’un flux de sud.

     Une semaine très douce

    Sous l’action d’un dôme d’air chaud d’altitude combinée à de hautes pressions sur l’ouest du bassin méditerranéen, la moitié sud du pays connaît des températures très agréables dès ce début de semaine. Elles étaient déjà globalement douces du pied des Pyrénées aux rivages de la Grande Bleue, et atteignaient même les 20 °C en plaine héraultaise et en Roussillon (jusqu’à 21 °C à Perpignan). Après une matinée bien fraîche dans le sud, avec de nombreuses gelées en plaine (jusqu’à -5,5 °C à Apt dans le Vaucluse, ville la plus froide de France ce mardi matin, -2 °C à Aix-en-Provence, Albi ou Lyon) , les maximales gagneront généralement quelques degrés ce mardi après-midi, et seront alors comprises entre 15 et 23 °C sur la moitié sud, soit 3 à 8 degrés au-dessus des normales saisonnières d’une fin de mois de novembre*. Après une relative fraîcheur sous les fréquentes grisailles du sud-ouest hier lundi, le radoucissement sous le soleil sera très net avec 4 à 8 degrés de plus que la veille en général.
    De mercredi à vendredi, la douceur se généralisera à la totalité de l’Hexagone. En cause, un flux de sud, situé entre de hautes pressions méditerranéennes et une vaste zone dépressionnaire atlantique, qui va se renforcer et véhiculer cet air chaud vers les frontières septentrionales. Les températures dépasseront alors fréquemment le seuil des 15 °C, y compris au nord de la Loire où, mise à part la pointe bretonne, le soleil reviendra, et des pointes à 20 °C ou localement plus pourront être observées au pied des Pyrénées**. Elles se situeront alors généralement de 4 à 8 degrés au-dessus des valeurs de saison et plutôt dignes d’un mois d’octobre. À l’échelle nationale, le pic de douceur devrait être atteint jeudi 23.

    Anomalie de température prévue à partir du 20 novembre 2017 pour ces 5 prochains jours.

    Cliquer sur la carte pour l’agrandir

    Cet épisode de grande douceur ne présente toutefois pas de caractère exceptionnel. Il suffit en effet de remonter à l’année passée pour trouver des températures aussi élevées, voire plus. On avait alors relevé 20,3 °C à Nevers le 21 novembre 2016 (record de température élevée entre la dernière décade de novembre et le début d’hiver) mais aussi 24 °C à Saint-Girons, 18 °C à Bourges et 17 °C à Paris et Lyon. D’autres épisodes plus doux encore ont été observés par le passé, par exemple, fin novembre 2014 et 2006. Sur les régions du nord, les records de douceur correspondent d’ailleurs à des températures situées 2 degrés environ au-dessus des valeurs maximales attendues cette semaine.

     

    Perturbé et venteux entre mercredi et vendredi sur le Nord et l’Ouest

    Entre mercredi 22 et jeudi 23, un coup de vent est attendu de la Bretagne au pas de Calais : Le vent de sud-ouest se renforcera tout au long de la journée de mercredi sur la Bretagne pour atteindre  les 80 à 90 km/h, localement 100 à 110 km/h en soirée sur les caps exposés avant de glisser durant la nuit en Manche. Le vent sera également présent dans l’intérieur des terres sur le nord-ouest mercredi puis sur toute la moitié nord jeudi, soufflant en rafales de 60 à 70 km/h, . Par ailleurs, le vent de sud se renforcera dès mercredi du nord de la vallée du Rhône au Val de Saône (rafales de 60 à 70 km/h).

     

    Ces vents seront associés à des passages nuageux et pluvieux sur le Nord-Ouest, et des entrées maritimes vers le golfe du Lion, donnant quelques gouttes particulièrement aux abords des Cévennes.
     

    Vers une dégradation et un net refroidissement en fin de semaine

    Ce temps perturbé pourrait à nouveau donner lieu à un fort coup de vent sur le nord du pays vendredi et devrait  ensuite se décaler vers le sud et l’est  au cours du week-end en épargnant toujours  le pourtour méditerranéen, qui pourrait néanmoins connaître à son tour un épisode de fort vent. Il laissera place à une masse d’air nettement refroidie, avec à la clé des températures hivernales la semaine prochaine. 

    *Moyennes calculées sur la période 1981-2010. 

    **Températures les plus élevées prévues cette semaine en quelques villes de France (entre parenthèse la moyenne à cette période de l’année) :
    21 °C à Biarritz (14 °C), 20 °C à Perpignan (15 °C), 19 °C à Bordeaux (13 °C), 17 °C à Paris (10 °C) et Lyon (9,5 °C), 16 °C à Strasbourg (8°C) et Rennes (11,5 °C), 15°C à Lille (9 °C). 
    ***En 2014, douceur continue du 18 au 30 novembre, avec une anomalie à l’échelle nationale supérieure à 6 °C les 22 et 23 novembre.
    Fin novembre 2006, au cours d’un mois aux températures excédentaires à partir du 8, pic de douceur avec des anomalies supérieures à 7 degrés les 24 et 25 novembre.