L’émission Cap Sud-Ouest sur le Béarn

Share Button


Cap Sud Ouest Orthez-Morlanne, sur les traces… par Eric-Perrin

Diffusion de l’émission Cap Sud-Ouest sur France3 Aquitaine le samedi 21 Mars à 16H20.

C’est une terre de caractère à l’histoire étonnante, marquée par des personnages hors du commun que nous allons découvrir : le Béarn. Car cette vicomté coincée entre de grandes puissances fut dans les faits un pays autonome, prospère, moderne…
Apres un coup d’œil sur le magnifique Château de Morlanne, nous commençons notre voyage à Orthez qui fut bien avant Pau, la capitale du Béarn. C’est au château Moncade que naquit au XIVème siècle Gaston Fébus, un prince hors norme. Avec Véronique Lamazou-Duplan, maitre de conférence en histoire médiévale à l’Université de Pau, nous explorons les différentes facettes de ce seigneur qui fut l’égal des plus grands en Europe.
Fin diplomate, politique hors pair, grands guerrier, il résista tant au roi de France qu’au roi d’Angleterre pour faire de son Béarn un état indépendant. Fébus, c’est le soleil et la nuit, un Janus capable d’égorger son unique héritier et d’être dans le même temps un modèle de culture et de raffinement. Il est l’auteur d’un des livres enluminés les plus importants du Moyen Age, « le livre de la chasse », dont la Médiathèque d’Orthez possède une reproduction magnifique.

Direction Montaner pour découvrir avec Isabelle Bagdassarian, chef du pôle patrimoine au Conseil Général, le plus excentrique des châteaux fébusiens. Une fortification impressionnante, en brique rouge (la signature de Fébus !) parfaitement mise en valeur.

Retour à Orthez avec René Descazeaux, professeur d’histoire et auteur pour comprendre à quel point le Béarn, terre de Réforme, fut aussi un foyer intellectuel et humaniste. L’identité béarnaise est le produit d’une histoire, d’une culture et bien sur d’une langue. Une langue que l’on aime, plus qu’ailleurs, chanter… « Los Esbagats » est un chœur d’homme qui fait du chant polyphonique, notamment en occitan. Surprise : il est composé de jeunes de 15 à 24 ans… A croire que le chant est dans les gènes !

Nous partons pour finir en direction du vignoble de Jurançon, plus précisément à Monein. Une cité qui fut, grâce à son vin, très prospère comme le prouve l’incroyable charpente de l’église Saint Girons. Nous finissons dans les vignes avec Henri Ramonteu, du domaine Cauhapé., en pleine vendanges tardives, encore une spécificité béarnaise…