• Un mois de mai bien perturbé !

    Share Button

    Un mois de mai bien perturbé !

    Après un épisode de douceur à la mi-avril 2013, la majeure partie de la France connaît depuis le 10 mai un temps frais et maussade. En effet, l’Europe de l’Ouest subit les effets de deux anticyclones. L’anticyclone des « Açores », centré plus au nord que d’ordinaire, borde la façade Ouest de l’Europe. Circulant dans le sens des aiguilles d’une montre autour d’un anticyclone, les vents apportent sur le pays un flux de Nord perturbé. Plus à l’Est, un autre anticyclone bien établi bloque ces dépressions sur l’Europe de l’ouest tout en favorisant des températures inhabituellement chaudes en Russie.

    Cette animation montre une situation de blocage en altitude :

    – la masse d’air chaud (en jaune) correspond à l’anticyclone des Açores
    – l’air froid (en vert et en bleu), correspondant aux dépressions, vient contourner par le Nord puis l’Est avant de stagner sur la France.

     

    Diagnostic élaboré à partir d’un indicateur thermique constitué de la moyenne des températures quotidiennes de 30 stations métropolitaines.

    Depuis le 9 mai, on observe en France métropolitaine des températures moyennes quotidiennes inférieures aux normales saisonnières. Côté ensoleillement, on observe un déficit presque partout et particulièrement marqué dans le nord-est de la France. L’extrême sud-est du pays a connu un ensoleillement conforme à la normale, mais des épisodes pluvieux marqués.

    Sur les reliefs, les températures froides en altitude conjuguées au flux perturbé et humide apportent ces jours-ci des chutes de neige dès 800 m sur tous les massifs. L’abondante neige tombée cet hiver, encore bien présente, retarde ainsi l’ouverture des cols en montagne.

    Cette situation à la fois perturbée et persistante semble prolonger un hiver gris et froid. En mai, des conditions similaires ne sont pas rares. Le mois de mai 2010 avait été particulièrement frais sur l’Hexagone, avec des chutes de neige à Carcassonne le 6 mai. La neige est également tombée sur Paris un 18 mai … en 1935.

     

     

     


  • Une année sans été ?

    Share Button

    Voici un article de Météo Consult pas très encourageant.

    Alors que le printemps est d’ores et déjà considéré comme l’un des plus frais et des plus maussades de ces 30 dernières années en France, l’actualisation de nos prévisions saisonnières laisse peu d’espoir d’avoir un été digne de ce nom. Le spectre d’une « année sans été » semble plausible sur l’Europe de l’ouest.

    Après avoir connu un hiver froid et long, l’Europe de l’ouest s’apprête t’elle à subir un été frais et humide ? il semblerait désormais que ce soit un scénario probable à 70%, y compris sur la France, particulièrement défavorisée depuis le début du printemps. L’élaboration de nos prévisions saisonnières est basée notamment sur l’analyse des principaux modèles numériques (européen et américain en particulier), dont les résultats ne sont pas optimistes : certains calculs envisagent la persistance d’une anomalie froide pendant les 3 mois de l’été (Juin, Juillet, Août) conjuguée à des précipitations excédentaires. Certes, il s’agit d’une moyenne trimestrielle qui ne permet pas de mettre en évidence quelques pics de chaleur ponctuels – normaux en cette saison -, mais la tendance qui se dégage serait celle d’un été pourri sur notre pays.

    Des statistiques qui ne jouent pas en notre faveur
    Ces données numériques sont également comparées à une analyse statistique afin d’apporter une meilleure fiabilité à ces prévisions : en regardant ce qui s’est passé lors des années où les printemps étaient maussades, on constate qu’à plus de 80%, ils étaient suivis d’été frais et humides. Dans les années 1960 puis à nouveau dans la décennie 2000, aucun printemps « pourri » n’a été suivi d’un réel bel été. Dans les décennies 1970, 80 et 90, on trouve trois exceptions notables : 1975, 1983 et 1995, où les étés furent très chauds mais aussi orageux. Seule l’année 1983 est l’exception qui confirme la règle, avec un mois comparable à celui que nous connaissons, suivi d’un mois de juillet caniculaire.

    Des mers trop froides, un anticyclone trop loin
    Outre ces statistiques, qui ne présagent pas forcément du résultat, le contexte climatique actuel conforte néanmoins cette hypothèse d’un été frais sur la France : les températures de l’Atlantique, de la Manche, de la Mer du Nord et de la Méditerranée restent nettement plus froides que les normales, ce qui entretient un potentiel d’air froid autour de l’Europe de l’ouest. Compte-tenu de l’ampleur de ce déficit (parfois proche de –5° pour la Manche et la mer du Nord), il est peu probable que le retard soit rattrapé lors des prochaines semaines, ce qui repousse d’autant plus la possibilité de l’installation de la chaleur. C’est pourquoi la façade occidentale du continent semble la plus mal lotie, y compris la péninsule ibérique, alors que la chaleur aura tendance à remonter davantage vers l’Europe de l’est et la Russie. Autre facteur limitatif de la chaleur durable : l’humidité. De nombreuses études climatiques ont démontré qu’une forte humidité des sols du pourtour méditerranéen annihilait le risque de canicule sur l’Europe ; en effet, la survenance d’une vague de chaleur aboutirait alors à une forte évaporation, et donc à la formation d’orages qui mettraient rapidement fin à cette vague de chaleur. On peut donc s’attendre à quelques pics de chaleur (quelques vagues de chaleur ponctuelles sont possibles), tournant rapidement à l’orage. Là aussi, on note quelques exceptions : en 2006 et en 2009, la France a connu des épisodes caniculaires (surtout dans le sud) alors que les précipitations hivernales et printanières avaient été soutenues sur les pays riverains de la Méditerranée.

    Une année sans été ?
    La conjonction d’un hiver long et tardif ayant entraîné un refroidissement des eaux des mers et une activité solaire devenue bien faible depuis plusieurs mois peut avoir une conséquence directe sur la météo de notre été : certains calculs envisagent une anomalie de –2° à –3° sur la France avec des cumuls pluviométriques deux fois supérieurs à la normale. Ce scénario nous paraît cependant assez extrême : nous optons donc pour un été restant maussade, ponctué de coups de chaleur de peu de durée suivis d’orages violents. L’on pourrait observer néanmoins une certaine amélioration globale avec un retour à la normale en fin de saison (fin août et septembre), avec un gommage progressive de l’anomalie froide. C’est en septembre et octobre qu’il pourrait donc faire le plus beau et le plus chaud sur notre pays…


  • Festival Zic Si Gaouses

    Share Button

    En raison du temps incertain de samedi 25 mai, les organisateurs du Festival Zic Si Gaouses Orthez, ont pris la décision de transférer le concert qui aurait dû se dérouler aux arènes du Pesqué vers la salle de la Moutête.

    Attention, la programmation s’en trouve changée, avec l’annulation des groupes, Wave Mountain, Landry Verdy, Spicy Marguerites, tandis que PANDA ROYAL viendra mixer entre les changements des groupes.

    Quant aux autres voici l’ordre de passage:

    19 h avec ROVER,

    20 h 30 LE TROTTOIR D’EN FACE,

    22 H 30 LA RUE KETANOU,

    minuit THE AQUATICS.

    Ouverture des portes de la Moutête à 18h30.

    Venez nombreux !


     


  • Météo : pour les beaux jours, rendez-vous en juin

    Share Button

    Source: Le Nouvel Observateur

    La période s’avère « assez exceptionnelle en termes d’intempéries », notent les météorologues, qui pointent un temps digne « d’un mois d’octobre ».
    Festival de Cannes sous la pluie samedi, températures quasi-hivernales dans le pays basque et neige à basse-altitude en montagne : la Pentecôte prend cette année des airs de Toussaint et les beaux jours, au regard des prévisions pour les semaines à venir, ne sont pas pour tout de suite.

    Précipitations, ensoleillement, températures: aucun indicateur n’est en ligne avec les normales saisonnières, constatent les experts interrogés. « C’est assez exceptionnel en termes d’intempéries », note Gilles Matricon, météorologue à Météo Consult. La météo est davantage digne « d’un mois d’octobre », renchérit Michel Daloz, prévisionniste à Météo France. Les températures sont actuellement inférieures de « 3 à 5°C » à la normale, et même de 7°C à Bordeaux, souligne ce dernier. Sur les cinq premiers mois de l’année, la moyenne de la température est la plus fraîche depuis 25 ans. A Pau, par exemple, on n’a pas dépassé samedi les 10°C, alors qu’il avait fait 30°C le 17 avril, selon MétéoConsult.

    « Des conditions hivernales »

    Ce n’est pas mieux au rayon précipitations : il est tombé samedi à Biarritz, au pays basque, l’équivalent de plus d’un mois de pluie (137 mm), idem à Cannes, au grand dam des festivaliers, (72 mm en 36 h), a mesuré Météo France. Dans le Sud-Est, la pluie a aussi entraîné le report du match de Ligue 1 Nice-Lyon et l’annulation de deux corridas à Nîmes. La vigilance orange au risque de crue sur l’Argens, un fleuve côtier situé à proximité de Fréjus dans le département du Var, a toutefois été levée dimanche.

    Exceptionnelles également, des chutes de neige à altitude relativement basse en montagne (à partir de 1.500 m en moyenne voire plus bas), dans les Alpes du sud, les Pyrénées mais aussi le Massif central. En Savoie, 7 cols routiers sont restés fermés en raison de la neige et du risque d’avalanche, et six en Haute-Savoie, alors qu’ils rouvrent habituellement « fin avril-début mai », selon le Centre régional d’information et de coordination routière (CRICR) de Rhône-Alpes. « Nous sommes dans des conditions hivernales », confirme Pierre Vray,météorologiste au centre de prévision des avalanches de Météo France basé près de Grenoble, en estimant qu’il « faut remonter dix ans en arrière pour trouver une situation équivalente dans les Alpes ». Dans les Pyrénées, le mauvais temps se traduit aussi par un enneigement inhabituellement tardif. En début de semaine on comptait encore 10 mètres de neige dans le dernier lacet du col du Tourmalet.

    « Plus de chances d’avoir un été correct que le contraire »

    Comment s’explique ce mauvais temps ? C’est la faute à une dépression durablement installée et qui « tourne comme une toupie folle sur la France », selon les termes de Michel Daloz. Les nuages, porteurs de pluie et d’air froid, s’enroulent autour de cette dépression en remontant ce dimanche sur le Nord après avoir noyé le Sud. Conséquences : on attend un temps « pluvieux et humide jusqu’à mercredi » sur le Nord, pronostique Gilles Matricon. Météo France n’est pas plus optimiste : ses prévisions ne laissent entrevoir « aucune amélioration » d’ici fin mai ou début juin.

    L’été sera-t-il forcément gris ? « La plupart du temps, les printemps pourris ne sont pas suivis d’été formidables », assure Météo Consult, mais des exceptions sont possibles comme en 1983 : « il avait beaucoup plu en avril et mai, mais cela avait été suivi par un mois de juillet très chaud, mais aussi très orageux ».

    Météo France se veut plus prudent, ne faisant pas de lien entre lamétéo du printemps et celle de l’été. « On n’en sait rien », reconnait Michel Daloz. A défaut de prévisions scientifiquement étayées, il s’en remet davantage aux probabilités mathématiques pour dire que, après un été 2012 moyen et un printemps froid, « on a plus de chances d’avoir un été correct que le contraire… »

     

     


  • Des inondations provoquent des dégâts à Orthez.

    Share Button

    Le secteur d’Orthez a été particulièrement touché, avec notamment l’évacuation du camping en pleine nuit, vers 2h30, face à la montée des eaux du ruisseau tout proche. Une cinquantaine de personnes (notamment des invités d’un mariage) ont été conduites à la salle Pierre-Seillant pour la nuit.

    A la sortie Ouest de la ville, de l’eau, venant notamment du système d’évacuation des eaux pluviales, s’est accumulée sur la D817 (la route de Bayonne) au niveau de la zone commerciale. Des magasins ont été inondés et la route de Bayonne a été provisoirement coupée.

    Le dispositif de secours est toujours en place.

    Source: La République des Pyrénées –  Photos: Sud-Ouest

     

     


  • Beaucoup de pluie dans le Sud-Ouest

    Share Button

    Beaucoup de pluie dans le Sud-Ouest, sur Orthez il est tombé 24.8mm en 24 heures.


  • Alerte aux Orages

    Share Button

    Bonjour tout le monde.
    Votre Journée devrait être assez agréable dans l’ensemble avec des températures allant de 14° le matin à 20° l’après-midi, mais attention, un fort risque d’orage parfois violent pourrait éclater en fin d’après-midi pouvant amener de fortes précipitations et des averses de grêle. Restez prudent !


  • Peña y Toros

    Share Button


  • Festival Zic Si Gaouses Orthez

    Share Button

    Le Zic si Gaouses festival revient dans les arènes le 25 mai 2013. 8 groupes, 8 heures de musique non stop sur 2 scènes de 17 h à 2 heures du matin.
    La programmation :
    La Rue Ketanou, Rover, Le Trottoir d’en face, the Aquatics, Panda Royale, Landry Verdy, Wave Mountain, Spicy Marguerites.

    Infos et résa au Local Jeunes : 05.59.38.35.82
    Courriel : localjeunes.orthez@orange.fr


  • Ça va encore cailler ce weekend !

    Share Button

    Une jolie goutte froide qui descend juste sur la France avec en plus des précipitations pour tout le weekend.