• Archives de la Catégorie Tempête
  • Vents violents : des dégâts en Béarn et Soule

    Photo: Corine Maysounabe
    Photo: Corine Maysounabe

    Source: La République des Pyrénées

    La préfecture des Pyrénées-Atlantiques met en garde ce jeudi soir contre des vents violents. Notre département est en vigilance jaune.

    « Les rafales de vent de sud atteignent actuellement 120 à 160 km/h sur les crêtes des Pyrénées frontalières, avec des valeurs maximales approchant parfois 190 km/h à Iraty. On a observé localement des déferlements dans les vallées de basse altitude ouvertes au sud, avec notamment 109 km/h enregistrés à Bustince (altitude 212 m), 118 km/h à Loudervielle (moyenne montagne); en plaine, les rafales atteignent 70 km/h sur les Pyrénées-Atlantiques, et jusqu’à 90/95 km/h en bord de mer. Les rafales pourront encore se renforcer légèrement jusqu’en début de soirée, puis elles se stabiliseront avant de faiblir sensiblement par l’ouest en seconde partie de nuit », détaille un communiqué.

    A Castétarbe, un arbre, déjà fragilisé par la foudre, est tombé sur une ligne à haute tension, provoquant la chute d’un pylône électrique. Un second pylône menace également de tomber. Une vingtaine de foyers est privée d’électricité. Une équipe d’ErDF, sur le pont depuis le matin, est sur place. Deux groupes électrogènes ont été installés pour permettre de les réalimenter d’ici le début de soirée.

    Dans la région d’Orthez, un coup de vent a provoqué quelques dégâts vers 17h15. Deux poteaux téléphoniques seraient tombés sur la chaussée route d’Arthez à Castétis. A Balansun, des toitures ont dû être bâchées.

    Ce début de soirée, dans le département, 500 foyers sont sans électricité dont environ 340 en Béarn et Soule, dans les secteurs des Eaux-Bonnes, de Béost, de Licq-Athérey, Ordiarp et autour d’Orthez.

    Ce jeudi matin, le vent avait déjà soufflé dans la région d’Oloron causant la chute de câbles électriques, notamment à Asasp-Arros et Escot.


  • Vigilance orange : Bayonne et Biarritz se préparent à de fortes inondations

    biarritz

    Source: La République des Pyrénées.

    Le département des Pyrénées-Atlantiques est toujours placé en vigilance orange vagues-submersion en raison des grandes marées et des fortes vagues attendues sur le littoral atlantique. Le « niveau d’eaux sera important sur le bassin de l’Adour et les estuaires » prévient Météo France.

    La dépression au nord des îles britanniques va générer de très fortes et puissantes vagues sur toute la façade Atlantique qui augmentent dans la journée du samedi 1er février ( creux de 4 à 5 mètres samedi matin, 5 à 6 le soir, de 6 à 8 mètres dimanche matin au large).

    De plus, une perturbation atlantique s’accompagne d’un renforcement du vent de sud-ouest la nuit prochaine, la conjonction de ces phénomènes provoquant une surélévation du niveau de la mer (surcote) plus importante que ce matin dans un contexte de très fortes marées astronomiques (coefficients 113/114 ).

    Inquiétude à Bayonne et Biarritz

    La préfecture des Pyrénées-Atlantiques a lancé un appel « à la plus grande vigilance », évoquant des « risques d’inondations importantes » en lien avec le fleuve Adour, déjà gorgé de pluie.

    « La situation est préoccupante », reconnaît le sous-préfet de Bayonne, Patrick Dallennes. « On sera sur un niveau 20 à 30 centimètres plus élevé qu’en 2009, une crue comparable à celle de 1981 », confirme le directeur général adjoint des services techniques de la ville, Marc Wittenberg, alors qu’une cellule de crise municipale a d’ores et déjà été activée.

    En prévision des débordements, qui devraient toucher prioritairement la vieille ville, la mairie de Bayonne a mobilisé « entre 50 et 100 personnes » et deux des quais de la Nive ont été totalement fermés à la circulation. C’est dans cette zone ancienne et urbanisée, quasiment à fleur de rivière, essentiellement composée de restaurants et commerces de proximité, que les autorités craignent le pire. A pied d’oeuvre dès vendredi matin, une dizaine d’agents de la ville sillonnaient les quais pour donner des conseils aux commerçants et tenter de rassurer la population.

    Bayonne, très exposée du fait de sa situation géographique, aux confluents de la rivière Nive et du fleuve Adour, vivait vendredi une veillée d’armes. « Je suis hypertendue (…) Cette nuit, on y a échappé mais j’ai peur que toutes les protections ne suffisent pas », comme en 2009, témoignait une restauratrice, Nadine Hirigoyen, alors que tous les commerces bordant la Nive ont dressé devant leurs portes des remparts de sacs de sable fournis par la municipalité. « Je vois l’océan depuis mon bureau et là, c’est la Méditerrannée, mais on sait que l’océan peut changer d’une heure à l’autre », ironisait le maire de Biarritz, Didier Borotra, joint par téléphone. « On met en place des murs de sable pour protéger le casino et le Port-Vieux », a précisé le maire. « Le problème est d’éviter l’imprudence des gens ». A Biarritz, les accès au bord de mer seront contrôlés.

    Plus au nord, Dax (Landes) vivait une inondation inhabituelle, liée au niveau très élevé de l’Adour. Des palmiers étaient dans l’eau – 30 à 80 cm selon les endroits – et les commerçants ont déploré des dégâts liés aux eaux. « C’est endigué », a précisé la mairie alors que vendredi matin, des pompiers s’activaient encore pour transporter des habitants des quelques rues inondées sur des bateaux. Un grand nombre de rencontres sportives en football et en rugby ont par ailleurs été reportées en Aquitaine dans les divisions inférieures (CFA en football et Fédérales en rugby).


  • Côte basque : de fortes vagues annoncées.

    vague
    La préfecture des Pyrénées-Atlantiques lance une alerte  »vigilance météo jaune » pour des risques de submersion par les vagues sur le littoral du département. © PHOTO DR

    Source: Sud-ouest Pays Basque.

    Ce lundi, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques lance une alerte  »vigilance météo jaune » pour des risques de submersion par les vagues sur le littoral du département.

    L’alerte, qui court de ce lundi 22 heures jusqu’à mardi à 11 heures, est due à de fortes vagues en fond de golfe de Gascogne touchant un littoral fragilisé. Cette profonde dépression est située au large des Iles Britanniques,et génère des vents forts de secteur Ouest. Ces vents lèvent une forte houle de secteur Ouest, atteignant la Bretagne lundi matin puis le fond du Golfe de Gascogne lundi soir. Cet épisode se situe dans un contexte decoefficients de marée peu élevés.

    Le long du littoral du Pays basque, les forts déferlements liés à des très fortes vagues de secteur Nord-Ouest risquent d’engendrer, surtout au moment de la pleine mer, des submersions sur les parties basses ou vulnérables du département. Les heures de pleine mer à Saint-Jean-de-Luz sont les suivantes : vers 03h20 et 15h45 ce mardi 14 janvier.

    Les fortes vagues devraient s’atténuer progressivement mardi après-midi. Jusqu’alors, il est conseillé de ne pas prendre la mer et d’éviter de circuler en bord de mer à pied ou en voiture.

    A noter que la vigilance jaune (avant orange et rouge) est le premier niveau de vigilance météo, niveau selon lequel des phénomènes habituels peuvent être occasionnellement dangereux.


  • Explication: Effet de Foehn sur Iraty.

    SOURCE: Hebdo-Météo

    Situé au cœur de la montagne basque dans les Pyrénées Atlantique (64) à 1h30 de l’océan et à quelques kilomètres de l’Espagne, Iraty  reste néanmoins facilement accessible

    Les crêtes d’Iraty (1427m) au Pays basque répartis entre la Soule (Larrau), la Basse-Navarre (Mendive et Lecumberry) du côté français et la Navarre du côté espagnol, encadrée par le sommet d’Occabé (1466 m) et le pic d’Orhy (2017 m).s.

     Le relief peut avoir une grande influence sur les précipitations. Ce phénomène s’appelle effet orographique ou effet Foehn, du nom du vent qui souffle dans le relief des Pyrénées.

    Comparaison de la force des vents entre les chalets d’Iraty (1300 mètres) et les Cretes d’Iraty (1427m)

    Depuis les chalets d’Iraty , il est possible de ce rendre sur les crêtes d’Iraty à pied et en seulement quelques minutes !

    A Iraty , il y a une grande différence entre le versant orienté vers le sud, « les crêtes d’Iraty Orgambide » , et le versant exposé au nord, »les chalets d’Iraty ».

    En quelques minutes lorsque le vent s’oriente plein sud , vous passez de 70-100km/h à des valeurs ou des vents sont aussi puissant qu’un Ouragan ! En effet la situation géographique des crêtes d’Iraty est en cause !  Une vue imprenable sur la chaine des Pyrénées à 380° est devant vous ! Mais le principal acteur de ces violentes rafales est l’effet venturi !

    Ces valeurs peuvent paraître extrêmement rare mais après étude cela ne l’est pas du tout !

    Explication effet Venturi

    L’effet de Venturi, ainsi nommé d’après le nom du physicien italien Giovanni Battista Venturi (1746-1822), consiste en un phénomène d’accélération du mouvement d’un fluide — l’eau ou l’ air , par exemple — lorsque celui-ci est contraint de suivre un trajet en forme de goulot, c’est-à-dire de passer par un chemin relativement allongé et plus étroit que l’endroit d’où il vient ; il y a plus exactement augmentation de la vitesse du fluide lorsqu’il s’engage dans le goulot, et diminution de sa vitesse lorsqu’il en sort. Ce phénomène, qui apparaît dans un large spectre d’ échelles spatio-temporelles , est d’autant plus sensible que le passage où doit s’introduire le fluide est restreint en largeur. Il se manifeste fréquemment dans les mouvements de l’air à travers des vallées et passages étroits séparant deux montagnes ou chaînes de montagnes ; à l’accélération du vent local ou du vent régional s’ajoutent alors une baisse de la pression atmosphérique et une stimulation des rafales .

    Quelles sont les conséquences sur la plaine?

    Lorsque le vent rencontre une montagne plus ou moins perpendiculairement, il suit le relief et s’élève.

    L’air humide « forcé » à franchir les Pyrénées redescend ainsi nettement plus sec et plus chaud (compression = renforcement des vents en montagne ) sur les versants Français et le piémont au soleil (souvent voilé d’ailleurs).  La visibilité vers les Pyrénées devient exceptionnelle.

    foehn

    Iraty se situe à quelques km du mur de foehn ! 

    Image IPB

    Qu’es ce que le foehn ?

    Le Foehn est un vent fort, chaud et sec soufflant en direction du versant « sous le vent » des reliefs. En s’élevant le long du versant « au vent », il libère de la chaleur à cause du phénomène de détente adiabatique (baisse de température avec l’altitude). Ensuite, l’air perd son humidité par condensation sous forme de précipitations dès qu’il atteint la saturation et ainsi gagne en chaleur latente (par changement d’état). L’air n’a tout de même plus assez d’énergie pour monter au delà du sommet – s’il n’est pas perturbé par une autre masse d’air – car il est moins chaud et donc plus dense qu’au début. Il redescend ensuite le long du versant opposé, se réchauffe suivant le phénomène de compression adiabatique et se dessèche par compression. En arrivant en bas du versant « sous le vent » l’air est devenu plus sec et plus chaud qu’au début de son ascendance sur la côte « au vent ».

    L’effet de Foehn est parfois appelé « mangeur de neige dans les Pyrénées », de par sa capacité à faire rapidement fondre le couvert neigeux. Cette capacité est principalement due à leur température, mais la déshydratation de la masse d’air y participe également. Les foehns peuvent aussi favoriser les feux de forêts, y rendant les régions où ils sévissent particulièrement sèches et en attisant les flammes une fois le feu démarré.


  • La tempête Dirk frappera le Sud-Ouest lundi soir et mardi.

    Source: Sud-ouest

    Comme prévu, des vents violents devraient marquer le début de la semaine de Noël. Des rafales de 130 km/h sont notamment attendues sur les Pyrénées. 14 départements sont placés en vigilance orange.

    Les parapluies risquent de ne pas servir à grand-chose mardi © PHOTO THEILLET LAURENT
    Les parapluies risquent de ne pas servir à grand-chose mardi © PHOTO THEILLET LAURENT

    Ce sont les Bretons qui, les premiers, feront la connaissance de Dirk, le nom de baptême donné à la tempête hivernale qui arrive sur la France.

    A partir de lundi 14 heures, Météo France a placé 14 départements en vigilance orange pour « vents violents » :  Finistère, Côte d’Armor, Ille-et-Vilaine, Morbihan, Basse et Haute Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Loire Atlantique, la Mayenne et la Somme.

    Accompagnées de fortes précipitations, les rafales devraient atteindre 130 km/h près des côtes et 110 km/h à l’intérieur des terres. Les côtes charentaises seront également touchées dans la soirée de lundi, avec des pointes allant de 90 à 110 km/h.

    Dans la nuit de lundi à mardi, Dirk continuera à progresser vers le sud, arrivant sur le nord de l’Aquitaine au milieu de la nuit.

    Les intempéries frapperont alors l’ensemble du Sud-Ouest, en particulier les départements côtiers. Mardi matin, le Pays basque et le Béarn seront les plus touchés. Le passage de la perturbation sera marqué par des vents violents et une pluie abondante, en particulier sur les crêtes pyrénéennes. Météo France prévoit des rafales de 130 km/h à Gourette mardi après-midi.

    Méfiance également sur la côte, avec des rafales pouvant atteindre 100 km/h à Hendaye. La mer sera évidemment agitée sur l’ensemble du golfe de Gascogne.

     


  • Une très forte tempête n’est pas à exclure sur le Sud-Ouest.

    Source: Sud-Ouest
    Météo : avis de tempête pour la nuit de Noël
    Mardi, le vent devrait souffler fort sur une zone qui s’étend de Biarritz à Lille© PHOTO 

    ILLUSTRATION AFP GEOFF CADDICK

    Les rennes du Père Noël risquent d’avoir du vent dans les poils. Le temps est progressivement en train de tourner à la tempête depuis mercredi sur le Nord de l’Europe, et le point d’orgue de cet épisode tempétueux devrait avoir lieu durant la nuit de Noël (du mardi 24 au mercredi 25 décembre).

    « Il se confirme qu’on entre dans une période très dépressionnaire« , explique Régis Crépet, météorologue à Météoconsult.fr.

    Une très grosse dépression – mesurée à 948 hectoPascal (hPa), « l’équivalent d’une dépression au Cap Horn » – a en effet touché l’Irlande et le nord de l’Écosse jeudi. Des rafales de vent d’une vitesse de 180 km/h ont balayé cette région de l’Atlantique Nord.

     

    Photo satellite de la dépression Bernd mercredi à 15 heures© PHOTO LA CHAINE MÉTÉO

     

    « Cette dépression se creuse actuellement. Le système dépressionnaire a commencé à se positionner sur les îles britanniques et va tourner toute la semaine prochaine », détaille Régis Crépet.

    À l’heure actuelle, les modèles de calcul prévoient une dépression de 930 hPa pour mardi prochain, bien plus forte que celle de mercredi soir.

    • Le risque d’une « dépression explosive »

    Le phénomène est somme toute classique en Atlantique Nord à cette période de l’année. La question est de savoir si des « dépressions explosives », comme pour Lothar, Martin (1999) et Klaus (2009), vont se développer consécutivement.

    Explications : « À côté de ces grosses dépressions, peuvent se former des petites dépressions qui peuvent être beaucoup plus violentes car elles tournent plus vite sur elles-mêmes. C’est ce qu’on appelle une dépression explosive. »

    La difficulté, c’est justement de les prévoir car tout se joue à peu de choses près. « Il existe un risque non négligeable que la situation puisse dégénérer. Mais est-ce que ce phénomène va se créer, et où ? Le Nord de la France sera touché, mais cela peut aussi frapper plus bas. »

    • Et dans le Sud-Ouest ?

    En cette période de fêtes de fin d’année, il y aura foule sur les routes. Heureusement, une accalmie est prévue ce week-end. Et le vent, qui sera présent au nord de la Loire, ne devrait que modérément perturber la circulation.

    C’est mardi 24 décembre que les choses sérieuses devraient commencer, pour un très large tiers Nord-Ouest, c’est-à-dire une zone qui s’étend de Biarritz à Lille.

    « Il y aura de toutes façons une tempête hivernale, et il faut s’attendre à des vents aux alentours de 120-130 km/h. »

    Les littoraux vendéen et charentais sont les plus exposés. Toutefois, les vents devraient être orientés au sud-ouest, ce qui est potentiellement moins dévastateur que s’ils étaient orientés plein ouest ou nord-ouest.

    • Que faut-il retenir de tout cela ?

    Si la fiabilité des prévisions à cinq jours progressent, elles n’en restent pas moins des prévisions. Lundi 23 décembre en revanche, on en saura plus.

    Ce qui est sûr toutefois, c’est qu’un « épisode de vents tempétueux » balaiera la France et qu’il faudra donc redoubler de prudence si vous prenez la route mardi 24.