La surveillance de l’air de Lacq évolue.

Une tête de prélèvement d'Airaq qui aspire l'air atmosphérique.

Une tête de prélèvement d’Airaq qui aspire l’air atmosphérique.

Suite aux changements qu’a connus la plateforme de Lacq fin 2013 (arrêt de l’extraction du gaz commercial par Total), l’organisme Airaq, spécialisé dans la surveillance de la qualité en Aquitaine, a choisi de modifier son dispositif de surveillance sur la zone industrielle.
Cette réflexion a abouti à la fermeture d’une des stations du dispositif, située à Abos et, en parallèle, à la montée en puissance de la station de Maslacq. Par ailleurs, des campagnes de mesures ponctuelles seront menées comme récemment à Lendresse.
Au niveau des polluants étudiés, Airaq cible toujours le dioxyde de soufre, le dioxyde d’Azote et les PM10 (particules fines). « Une nouvelle campagne de mesures pourra être menée en 2014, toujours dans le cadre de l’évolution du dispositif de surveillance » indique Airaq.

SOURCE: La République des Pyrénées.

Share Button
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.