• Archives de la Catégorie Canicule
  • Sécheresse : situation au 24 août 2017

    Pluviométrie : un déficit exceptionnel durant l’été sur les régions méditerranéennes

    Sur l’ensemble de l’été (*), la pluviométrie devrait être proche de la normale à l’échelle nationale, contrairement à l’été 2016 durant lequel le déficit pluviométrique avait en moyenne dépassé 20 %. Toutefois les disparités géographiques sont importantes.
    Les précipitations durant le mois d’août ont été plutôt excédentaires sur le Nord-Ouest et localement en Rhône-Alpes. Sur le reste du pays, la pluviométrie a été déficitaire, avec des cumuls de précipitations encore extrêmement faibles en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon et en Corse. 
    Depuis avril, la Corse comme la région PACA ont connu un déficit de précipitations proche des records.
    (*) été météorologique : juin-juillet-août
     
    Rapport à la moyenne saisonnière des cumuls de précipitations en France - Été 2016Rapport à la moyenne saisonnière des cumuls de précipitations en France - Été 2017Rapport à la moyenne saisonnière de réfèrence 1981-2010 des cumuls des précipitations sur la France, à gauche été 2016, à droite été 2017 – © Météo-France
    (Cliquer sur les cartes pour les agrandir)

    Des sols superficiels extrêmement secs dans le Sud-Est

    Ainsi la sécheresse des sols superficiels, qui a débuté au printemps, s’est atténuée sauf sur les régions méditerranéennes. Les précipitations du mois d’août ont contribué à une nette amélioration de la situation de la Bretagne et de la Basse-Normandie au Loir-et-Cher et aux Ardennes. Le déficit pluviométrique persistant a en revanche accentué la sécheresse sur la région PACA et en Corse. Des valeurs records y ont été atteintes suite à la très faible pluviométrie associée à des températures caniculaires début août.

     

    Etat du sol superficiel au 23 août 2017

    Des effets toujours sensibles du déficit de précipitations durant la période de recharge 

    La période de recharge (septembre à mars) contribue de façon prépondérante à l’alimentation des nappes phréatiques. De septembre 2016 à mars 2017, la pluviométrie a été déficitaire en moyenne de 20 % sur la France. Seuls le Massif central, les régions méditerranéennes et la Corse ont bénéficié d’une pluviométrie conforme à la saison. Les précipitations qui se sont ensuite produites n’ont pas permis d’améliorer la situation. Ainsi, une sécheresse hydrologique (**) perdure sur de nombreuses régions.
     
    Rapport à la moyenne des cumuls de précipitations en France - Saison de recharge septembre 2015 à mars 2016Rapport à la moyenne des cumuls de précipitations en France - Saison de recharge septembre 2016 à mars 2017
    Rapport à la moyenne saisonnière de réfèrence 1981-2010 des cumuls des précipitations sur la France, à gauche saison de recharge septembre 2015 à mars 2016, à droite saison de recharge septembre 2016 à mars 2017 – © Météo-France
    (Cliquer sur les cartes pour les agrandir)

    Une situation différente de celle de 2016

    En 2016, la pluviométrie durant la période de recharge de septembre 2015 à mars 2016 avait été conforme à la normale contrairement à 2017. En revanche, durant l’été 2016, la sécheresse des sols superficiels avait été nettement plus marquée avec un déficit de précipitations supérieur à 25 % sur la saison. Toutefois, contrairement à 2017, cette situation avait eu beaucoup moins d’impact sur la ressource en eau du fait de la période de recharge satisfaisante.
     
     
    ** On distingue plusieurs types de sécheresses 
    • La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
    • La sécheresse des sols, dite « agricole », se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l’évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l’évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l’eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l’humidité et à la température de l’air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
    • La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l’état du sol influant sur le ruissellement et l’infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
    Ces « différentes » sécheresses peuvent intervenir à différents moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

  • Été 2017 : dans le top 5 des plus chauds

    Bilan provisoire au 25 août 2017

    L’été* 2017 a débuté par un mois de juin très chaud marqué par une vague de chaleur précoce. La chaleur a persisté sur l’ensemble du pays durant les trois premières semaines dejuillet avec deux pics de chaleur du 4 au 9 et du 17 au 19, suivie d’un rafraîchissement généralisé. Un épisode de canicule a ensuite concerné les régions méditerranéennes ainsi que la région Auvergne – Rhône-Alpes du 1er au 6 août et la Corse du 30 juillet au 7 août. Durant cet épisode, les températures supérieures à 20°C la nuit ont souvent dépassé 35°C et localement 40°C. Des records datant de 2003 ont été battus. Sur la façade atlantique en revanche, la fraîcheur s’est maintenue une grande partie du mois d’août.

    En moyenne sur la saison, la température devrait être supérieure à la normale** de près de 1.5 °C, plaçant 2017 dans le top 5 des étés les plus chauds, toutefois loin derrière 2003 (+ 3.2 °C).

    La pluviométrie a été proche de la normale* en moyenne sur le pays et sur la saison. Cet été a en revanche été marqué par une quasi-absence de pluie sur les régions méditerranéennes et un déficit record sur la Corse. Ce déficit associé aux fortes températures a ainsi contribué à une sécheresse des sols superficiels exceptionnelle en Provence – Alpes – Côte d’Azur et en Corse.

    L’ensoleillement a été très généreux en juin sur l’ensemble du pays puis plus contrasté en juillet et en août. Sur l’ensemble de l’été, la Corse a bénéficié d’un ensoleillement proche des records de 2003.

    * Eté météorologique : juin – juillet – août
    ** Moyenne de référence 1981-2010

    Source MétéoFrance


  • Le département placé en vigilance jaune canicule et orages

    Source: La République des Pyrénées
    Météo : le département placé en vigilance jaune canicule et orages
    Il va faire très chaud ce mardi en Béarn et Soule alors il va falloir trouver des coins fraîcheur ! Archives PP
     

    Il va encore faire (très) chaud ce mardi en Béarn et Soule. Météo France a d’ailleurs placé les Pyrénées-Atlantiques en vigilance jaune pour la canicule et les orages. 

    Selon Météo France, il devrait faire jusqu’à 36°C ce mardi en Béarn et Soule. Ainsi, jusqu’à 21 heures, le département est placé en vigilance jaune canicule. 

     
    La République des Pyrénées

    Mais en fin de journée, le ciel pourrait bien se couvrir avant de laisser éclater des orages avec même un risque de grêle… La vigilance jaune pour les orages est, pour le moment, activée entre 15h et 22h dans le 64. 

    La République des Pyrénées

  • Pont de l’ascension: Le plus chaud depuis 1900

    Un temps estival pour l’ensemble du territoire, à tel point que des records de chaleur pour un mois de mai ont été battus dans de nombreuses régions. Ce pont de l’Ascension est le plus chaud depuis 1900.

    Avec la présence d’un anticyclone sur l’Europe de l’ouest et la remontée d’un air chaud depuis le Maghreb, les conditions météo s’annoncent estivales au cours des prochains jours sur l’ensemble du territoire. Alors que la barre des 30°C avait été atteinte pour la 1ère fois en France en début de semaine dernière, ce seuil de fortes chaleurs va gagner la plupart des régions jeudi et vendredi.

    Reporters - Paris 75000

    Crédit : La Chaîne Météo
     Jusqu’à 33°C au nord, 36°C au sud
     Alors que le soleil domine quasiment partout, c’est dans le sud-ouest qu’il fera le plus chaud ce jeudi avec des valeurs maximales de l’ordre de 30 à 32°C sous abri en Aquitaine et jusqu’à 34°C possibles entre le sud de la Gironde et l’intérieur des Landes. Ailleurs, les températures seront généralement comprises entre 24 et 30°C.
     Vendredi, les fortes chaleurs progresseront vers les régions du nord et de l’est. Ainsi, de la Bretagne au Lyonnais, les thermomètres indiqueront souvent plus de 30°C et jusqu’à 33°C du val de Loire aux Pyrénées. Il fera 35°C dans l’intérieur des Landes, de la Gironde ainsi que dans le Périgord.
    Reporters - Paris 75000

    Crédit : La Chaîne Météo
    Ce sera au tour des régions les plus à l’est de connaître le pic de chaleur durant la journée de samedi avec de 30 à 33°C du Grand Est jusqu’à la vallée du Rhône. Dans le même temps, les régions de l’ouest connaîtront une baisse sensible du mercure en raison du retour des nuages et de quelques orages.
    Dimanche, si les valeurs se maintiendront dans l’est, elles repartiront à la hausse dans le sud-ouest avec de nouveau des pointes à 35°C à l’ombre.
     Records de chaleur en perspective
    Ainsi, des records de chaleur pour un mois de mai devraient être battus, dépassant ceux établis lors des précédentes de vagues de chaleur de 2012, 2009, 2005 et même 1922. Dès jeudi, des records sont à prévoir en Nouvelle-Aquitaine avant d’être enregistrés vendredi en Bretagne, Pays-de-la-Loire, Normandie, Centre-Val de Loire et plus localement de l’Île-de-France à l’Occitanie. Samedi, ce sera au tour des Hauts-de-France, du Grand Est et de la Bourgogne-Franche-Comté de connaître des températures inédites pour un mois de mai depuis le début des relevés météo.
    Avec de telles valeurs, ce pont de l’Ascension devrait ainsi être le plus chaud à l’échelle nationale depuis 1900* et ce, bien qu’il n’ait pas lieu à la même date chaque année (l’Ascension peut avoir lieu entre le 30 avril et le 3 juin).
    Source: La Chaîne Météo

  • Orthez bat son record de chaleur pour un mois de septembre

    Le thermomètre a atteint 36,6°C ce mercredi après-midi à Orthez © AFP DENIS CHARLET

    Le mercure a battu des records en Béarn ce mercredi

    Il a fait chaud ce mercredi en Béarn. Très chaud. Orthez a même battu un record de température pour un mois de septembre avec un thermomètre à 36,6°C. Son précédent exploit météorologique datait de 2006 avec 36,4°C.

    La Côte Basque dépasse le Béarn. Biarritz a en effet affiché un thermomètre à 38,2°C en milieu d’après-midi battant ainsi son record de 1962 établi à 37°C.

    SOURCE: Sud-Ouest


  • Alerte vigilance orange canicule

    37 départements sont désormais placés en vigilance orange à la canicule, dont la Gironde, les Landes et la Charente. Les températures sont montées jusqu’à 37 degrés mercredi

    La vigilance orange à la canicule de Météo France concerne désormais 37 départements dont plusieurs du Sud-Ouest : la Gironde, les Landes et la Charente.

     

    Voici les températures les plus chaudes relevées en fin d’après-midi mercredi dans chaque département de la région :

    – Charente-Maritime : Villiers : 36.3°C
    – Charente : Tusson : 37.0°C
    – Gironde : Belin Beliet : 36.8°C
    – Dordogne : Salignac-Eyvigues : 35.9°C
    – Landes : Sabres : 36.7°C
    – Lot-et-Garonne : Villeneuve sur Lot : 35.5°C
    – Pyrénées-Atlantiques : Urepel : 37.1°C

    Les maximales dans les principales villes de ces départements :

    – La Rochelle : 26.3°C
    – Angoulême : 35.5°C
    – Bordeaux : 35.6°C
    – Périgueux : 35.2°C
    – Mont-de-Marsan : 36.0°C
    – Agen : 33.8°C
    – Pau : 33.1°C
    – Bayonne : 32.5

     

    Cet épisode caniculaire « va s’étendre jusqu’au samedi 27 août », précise Météo France, selon qui « les maximales oscillent autour de 36 à 38 degrés mais peuvent localement s’élever jusqu’à 39 degrés », comme c’était le cas mardi en Gironde.


  • Des records de chaleur ce week-end dans le Sud-Ouest.

    Le thermomètre est monté jusqu’à 29 degrés ce dimanche au Pays basque. Des records de 1921 sont tombés et la douceur devrait persister encore toute la semaine.

    Dimanche 8 novembre – Plage de Capbreton (40)

     
    Les pulls au placard, le tee-shirt et les lunettes de soleil de sortie ! Il fait beau et particulièrement doux voire chaud ce week-end en France.
    Le thermomètre est monté jusqu’à 29 degrés ce dimanche au Pays basque. Des records de 1921 sont tombés et la douceur devrait persister encore toute la semaine. Les 20 degrés sont allègrement dépassés en ce début novembre, alors qu’il a gelé à la mi-octobre ! Le Sud-Ouest n’échappe pas à cet épisode de chaleur. Voici les relevés les plus marquants dans la région ce week-end :

    Pyrénées-Atlantiques :
    – 29 degrés à Socoa dimanche (plus chaud depuis 1921)
    – 27,8 à Bayonne dimanche (plus chaud depuis 1956)
    – 26,9 à Pau dimanche (plus chaud depuis 1999)

    Landes :
    – 28 à Dax dimanche (plus chaud depuis 1945)
    – 24,6 à Mont-de-Marsan samedi (plus chaud depuis 1985)

    Gironde :
    – 27,8 à Belin-Beliet dimanche (plus chaud depuis 2003)
    – 26,7 à Bordeaux dimanche (plus chaud depuis 1925)

    Dordogne :
    – 25,1 à Saint-Martial dimanche (plus chaud depuis 1988)
    – 23,9 à Périgueux samedi (plus chaud depuis 2004)

    Lot-et-Garonne :
    – 25,6 à Sainte-Livrade samedi (plus chaud depuis 1989)
    – 25,4 à Agen samedi (plus chaud depuis 1941)

    Charente-Maritime :
    – 24,9 à Montlieu dimanche (plus chaud depuis 1959)
    – 21,2 à La Rochelle dimanche (pas de record)

    Charente :
    – 25 à Graves-Saint-Amand dimanche (plus chaud depuis 1970)
    – 24,2 à Angoulême dimanche (plus chaud depuis 1976)

    D’après Bruno Mouchet, prévisionniste à Météo France, joint par Sudouest.fr ce dimanche, « on est sur des écarts d’environ 10 degrés par rapport aux normales saisonnières ». A Biarritz, ce dimanche 8 novembre, il devrait faire entre 15 et 16 degrés !

    Selon lui, ce phénomène est caractérisé par « sa puissance et sa durée » :

    « C’est assez rare et remarquable. Depuis 10 jours, la situation est très favorable. Nous profitons d’une arrivée d’air tropical humide et chaud qui a favorisé le potentiel de réchauffement par l’ensoleillement. L’air est sec et pas de vents d’origine marine »

    Le prévisionniste parle « d’été indien » car « cet épisode de chaleur en novembre suit des gelées assez marquées en octobre. » D’après Bruno Mouchet, la douceur devrait persister durant toute la semaine à venir, avec toutefois des températures moins élevées que ce week-end.

    Source Sud-Ouest


  • Une nouvelle vague de chaleur arrive

    A partir de mardi prochain, un temps très chaud et sec s’installera sur la France pour la semaine. Les températures devraient encore grimper jusqu’à 35°C dans le Sud-Ouest

    Météo : une nouvelle vague de chaleur arrive
    © CÉLINE LEVAIN

    Il est encore trop tôt pour savoir exactement quel sera le niveau des températures, mais la semaine prochaine s’annonce chaude en France, selon Météo France. « À partir du mardi 30 juin, un temps très chaud et sec s’installera sur la majeure partie du pays, et se maintiendra toute la semaine ».
    Une fin de semaine de saison
    Les choses sérieuses devraient commencer jeudi avec l’installation d’un anticyclone sur la majeure partie du pays. Mais cette fin de semaine restera conforme aux normales, avec des températures situées aux alentours de 30°C dans le Sud-Ouest. Seule la journée de samedi verra un léger fléchissement des températures.

    « Il fera certes chaud, mais nous serons loin des records », notent les prévisionnistes. A cette époque de l’année, le thermomètre peut grimper jusqu’à 38°C ou 40°C dans la région. « C’est surtout le Sud-Est qui va avoir chaud », précise l’organisme. C’est donc surtout à partir de la semaine prochaine que le thermomètre risque de s’affoler.

    Une chaude semaine s’annonce
    Météo France s’attend sur une partie du territoire, et notamment en Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, Languedoc-Roussillon, Provence, Auvergne et Rhône-Alpes, à des températures minimales et maximales très élevées, parfois même proches des records. La nuit, elles devraient se situer entre 20 et 22°C pour les minimales et l’après-midi, entre 35 et 40°C pour les maximales.

    Un temps très chaud et sec devrait s’installer à partir de mardi © PHOTO ECMWF

    « Cette situation s’explique par la mise en place d’un vent de secteur sud à sud-ouest à partir du dimanche 28 juin, renforçant l’arrivée d’air chaud sur le pays », précisent les prévisionnistes. Mais il est encore trop tôt pour savoir combien de temps va durer cette vague de chaleur à quel point elle sera caniculaire, ou non. Quoi qu’il en soit, dans la région, le thermomètre pourrait afficher jusqu’à 35°C à Bordeaux et Bergerac par exemple.

    Et le reste de l’été ?
    Si l’on se fie aux prévisions saisonnières, Météo France prévoit à un été légèrement plus chaud que la normale. Même constat du côté de La Chaîne Météo, qui détaille des tendances pour chaque mois. Alors qu’est-ce qui attend les vacanciers cet été ?

    Le mois de juillet s’annonce » plutôt beau et assez chaud avec des températures entre +0.5°C et +1.4°C au-dessus des moyennes de saison », selon La Chaîne Météo. Les plus fortes chaleurs s’observeront au sud-est et sur les Alpes. Le début du mois devrait tout de même être relativement orageux dans l’ouest.

    Contrairement à l’année dernière, août devrait être le mois le plus chaud de l’été, ce qui est finalement normal. La Chaîne Météo s’attend à « une alternance de belles et chaudes journées et des orages. Les températures mensuelles pourraient se situer entre la normale et un excédent de +2°C en allant vers le Sud-Est.

    Quant à ceux qui préfèrent attendre septembre, ils devraient profiter d’un beau mois « avec des températures proches des normales et des précipitations qui resteront quelque peu déficitaires ».

    SOURCE: Sud-Ouest


  • Vers des records de chaleur cette semaine.

    canicule

    Après un mois de mars proche de la normale, et les mois d’avril et mai marqués par deux pics de chaleur précoce, le mois de juin démarre très fort. Après une journée maussade lundi, le reste de la semaine sera très chaud, notamment dans le Sud-Ouest.

    Des températures record
    Mardi, l’air sera encore respirable avec des températures de saison, comprises entre 25 et 28°C en Aquitaine et Charente et Charente-Maritime. Dès mercredi, les températures vont dépasser les 30°C et il fera encore plus chaud jeudi et vendredi. Météo France Aquitaine s’attend à des températures pouvant atteindre 34-35°C en Aquitaine, voire 36°C dans les Landes. Il fera à peine moins chaud dans les Charentes (33-34°C). Seul le littoral respira un peu grâce à une petite brise.

    « Ce sont des niveaux très élevés pour une première décade de juin », précise Météo France et des records pourraient tomber. Du moins des records pour une première décade de juin, car sur l’ensemble du mois les températures peuvent monter jusqu’à 38-40°C dans la région.

    Le temps devrait ensuite se dégrader légèrement et le vent d’ouest permettra de revenir samedi à des températures plus raisonnables pour la saison : 25-28°C. Avant une possible remontée dimanche. « Mais il est encore trop tôt pour se projeter aussi loin », note Météo France.

    Quel risque orageux ?
    Qui dit chaleur dit souvent orages. L’Observatoire français des tornades et des orages violents Keraunos s’est donc penché sur le risque orageux de cette semaine estivale. Mardi et mercredi, « la masse d’air devrait rester relativement stable en raison d’un faible apport d’humidité ». Pas d’orages en vue donc.

    La situation sera moins stable jeudi et vendredi, lors des journées les plus chaudes. Keraunos note « une déstabilisation très marquée ». Mais celle-ci concerne surtout la moitié nord du pays, le Sud-Ouest devrait donc aussi en réchapper. Mais si jamais orages il y a, particulièrement vendredi, il resteront « isolés, prioritairement sur les reliefs puis pouvant déborder en plaine en soirée ».

    C’est surtout ce week-end que la situation est la plus incertaine. « Un potentiel instable marqué reste envisagé pour samedi des Pyrénées au nord-est notamment », relève Keraunos. Cette « instabilité pourrait décliner à partir de dimanche », ce qui correspond aux remontées de températures envisagées par météo France.

    En résumé, si rien n’est encore sûr, le Sud-ouest pourrait essuyer « des débordements orageux » vendredi en fin de journée et dans la journée de samedi.

    Source: Sud-Ouest