Vacances y aura-t-il de la neige en montagne

Vacances y aura-t-il de la neige en montagne. Après un début d’hiver très arrosé, le mois de janvier a été très doux et surtout très sec, sauf dans l’extrême est des Pyrénées, où il a été au contraire exceptionnellement arrosé. Puis, tout début février, une perturbation neigeuse, d’activité modérée, a apporté dans les massifs (Corse exceptée) une couche de neige fraîche dès 700 m d’altitude, entre 2 et 25 cm selon l’altitude et le massif, ce qui a plus ou moins amélioré l’enneigement.

Massif de Belledonne (Isère)
Massif de Belledonne (Isère)

L’enneigement de ce début février présente une physionomie différente selon le massif et l’altitude :

  • dans les Alpes, il est dans l’ensemble très satisfaisant, mais il reste déficitaire en dessous de 1600 m environ, s’améliorant rapidement avec l’altitude, pour devenir excédentaire au-dessus de 1800 à 2000 m ;
  • en Corse, le manque de neige persiste, il faut monter vers 1700 m pour trouver un peu de neige et ce n’est qu’à l’approche des plus hauts sommets que l’enneigement est relativement abondant ;
  • dans les Pyrénées, il est nettement déficitaire dans les deux tiers ouest de la chaîne, sauf à haute altitude, au-dessus de 2200 m environ, où il est assez proche des normales ; dans le tiers est de la chaîne, l’enneigement est abondant, suite au passage de la tempête Gloria ;
  • dans les massifs de moyenne montagne, l’enneigement reste maigre, malgré les récentes chutes de neige. Il est toutefois un peu meilleur dans les pentes des plus hauts sommets.

Par ailleurs, une caractéristique de l’enneigement commune à tous les massifs est une épaisseur de neige très irrégulière aux altitudes élevées, car le vent a très souvent dégarni les crêtes et les zones exposées au vent, tandis que les pentes à l’abri sont au contraire bien enneigées.

Pyrénées

Les chutes de neige importantes qui se sont produites jusqu’à basse altitude au mois de novembre sur les Pyrénées ne se sont pas répétées depuis. En décembre et janvier, les précipitations ont certes été abondantes, mais les températures ayant régulièrement été très douces, la neige n’est souvent tombée qu’à haute, voire très haute altitude.
Ainsi, l’enneigement en ce début février présente un déficit marqué sur la plus grande partie de la chaîne, des Pyrénées-Atlantiques à l’Ariège : la neige ne débute que vers 1600 m dans les versants nord, 2000 m dans les versants sud. Son épaisseur à 1800 m est de l’ordre de 10 à 20 cm dans les versants nord dans le centre des Pyrénées, 30 à 40 cm dans la partie ouest de la chaîne, des valeurs éloignées de la moyenne, qui se situe vers 80 cm. À haute altitude, il est légèrement déficitaire à 2500 m, où il peine à atteindre 1,50 m, alors qu’il est en moyenne de l’ordre de 1,80 m à cette période de l’année impotenciastop.com.
En revanche, les Pyrénées-Orientales font actuellement exception, avec des valeurs d’enneigement excédentaires à toutes altitudes, grâce à la neige tombée en abondance entre le 20 et le 23 janvier, en premier lieu sur le Canigou. Débutant vers 1400 m, il est de 20 à 30 cm à 1500 m, 60 à 80 cm à 2000 m. Ces hauteurs sont encore sensiblement plus importantes sur le Canigou.

Quelques valeurs relevées le 5 février:

  • à Cauterets (1920 m, Haute-Bigorre) : 75 cm ;
  • à Superbagnères (1760 m, Luchonnais) : 20 cm ;
  • à Beille (1790 m, Haute-Ariège) : 20 cm ;
  • aux Angles (2100 m, Capcir-Puymorens) : 1,30 m.
La chaîne des Pyrénées enneigée, vue par le satellite
La chaîne des Pyrénées enneigée, vue par le satellite Suomi-NPP, le 5 février 2020 – © Météo-France

Source Météo France

Share Button
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.